Sarah Bernhardt dans "Phèdre,"
Sarah Bernhardt dans "Phèdre,"
Sarah Bernhardt dans "Phèdre," ©Sipa - COLLECTION YLI
Sarah Bernhardt dans "Phèdre," ©Sipa - COLLECTION YLI
Sarah Bernhardt dans "Phèdre," ©Sipa - COLLECTION YLI
Publicité
Résumé

La troupe, ce drôle de mot…qui vient du latin truppus, troupeau et du bas français, thrup, village. Un mot militaire, animal, et enfin du spectacle.

En savoir plus

Rencontrer cette fameuse troupe, ce ne fut pas facile.

Et puis d’ailleurs, question de méthode, qui rencontrer ?

Publicité

Nous fimes confiance aux dieux et au hasard, nous installâmes à la cantine, bûmes beaucoup de cafés et bavardâmes avec qui le voulait bien. Nous parcourûmes les étages aux noms magnifiques Mars, Talma, Rachel, comptant sur la bienveillance et l’hospitalité, des habitants des lieux pour mieux les connaître et pouvoir les décrire: Franchir ces portes où il est écrit : faites silence, les acteurs travaillent. Et c’est vrai qu’ils travaillent énormément.

Qui de mieux que le doyen Giroudon pour nous introduire à ses ouailles ?

Car le doyen veille sur la troupe, légitimé par son ancienneté.

Comment sont- ils arrivés là ? les chemins sont tellement différents, alors ils racontent et leurs récits sont passionnants de Françoise Gillard à Hervé Pierre, de Christian Gonon à Coraly Zahonero, de Céline Samie à Jérôme Pouly, de Yves Gasc à Suliane Brahim : C’est cela une troupe, des visages, des voix, des destins, des rêves.

Mais aussi c’est tout un tas de liens avec ces dizaines de personnes qui se consacrent à son bien-être. Les coiffeurs et les maquilleuses, les habilleuses et les costumiers, les tailleurs et les chemisières, les lingères et les régisseurs. Des visages, des voix, des rêves, des destins.

Parler des comédiens d’aujourd’hui, comment aurait-ce été possible sans évoquer ceux d’hier ?

Les Mars, les Adjani, Ludmilla Mikael et Denise Gence, mademoiselle George, et Louis Seigner, mais surtout Talma, l’inventeur du jouer naturel, du costume romain, l’ami de Napoléon, l’admirateur de Hugo. Lui sans qui la Comédie Française serait morte en 1793. Lui sans qui le décret de Moscou n’existerait pas, lui qui mourut en disant j’aurais enfin joué vraiment si j’avais pu jouer Cromwell.

Références

L'équipe

Manoushak Fashahi
Réalisation