Joséphine Baker, sur scène, à Versailles en 1973, deux avant sa mort en 1975 ©AFP - AFP
Joséphine Baker, sur scène, à Versailles en 1973, deux avant sa mort en 1975 ©AFP - AFP
Joséphine Baker, sur scène, à Versailles en 1973, deux avant sa mort en 1975 ©AFP - AFP
Publicité
Résumé

Après 1964, Joséphine Baker perd le château des Milandes, et sa tribu se craquèle … Elle remonte sur scène en 1975, pour un dernier tour de chant à guichet fermé, émouvant et triomphal. En France comme aux Etats-Unis, ses combats contre le racisme et pour l’égalité sont plus que jamais d'actualité.

En savoir plus

Criblée de dettes, expulsée manu militari de son château en 1968, Joséphine Baker est relogée avec ses douze enfants par la princesse Grace Kelly dans une maison proche de Monaco à Roquebrune. Joséphine, devenue mère célibataire, se bat pour récupérer les Milandes. Elle ne baissera jamais les bras.

"Me revoilà Paris !"

Entre 1968 et 1974, elle remonte sur scène à Paris, et en France avant de repartir en tournée dans toute l'Europe. En 1975, elle entame une série de représentations à Bobino pour fêter ses cinquante ans de carrière. Après deux attaques cardiaques et quatorze soirée triomphales, elle s’éteint, à 68 ans, le 12 avril 1975.

Publicité

Ses obsèques sont grandiloquentes. Tout Paris est venu dire au revoir à Joséphine Baker, sur la place de la Madeleine. La tribu est plus unie que jamais. Mais après ces funérailles grandioses, elle tombe peu à peu dans l’oubli. Très peu d’écoles, de boulevards et d’avenues portent son nom. Très peu d’artistes revendiquent son héritage. Son style, comme le music-hall, s’est évaporé dans l’explosion musicale qui a suivi : les yé-yé, le rock, le rap.

Jusqu’à son entrée au Panthéon en novembre 2021, on avait oublié Joséphine Baker. Sa panthéonisation a remis Joséphine Baker sur le devant de la scène. Pourtant, que ce soit en France ou aux Etats-Unis, ses combats contre le racisme et pour l’égalité sont plus que jamais d’actualité. Son fils, Jarry Bouillon-Baker, en regardant la persistance du mouvement Black Lives Matter, nous souffle que sa mère se retournerait probablement dans sa tombe en apprenant que ses combats menés en 1963, existent et persistent encore en 2022 …

44 min

Cinquième épisode avec :

  • Michèle Barbier, secrétaire de Joséphine Baker, historien des musiques populaires noires américaines
  • Jarry Bouillon-Baker, Stellina Bouillon-Baker, Marianne Bouillon-Baker, Luis Bouillon-Baker, enfants de Joséphine Baker
  • Brian Bouillon-Baker, fils de Joséphine Baker, auteur de Joséphine Baker, l'universelle aux éditions du Rocher
  • Sebastian Danchin , historien des musiques populaires noires américaines
  • Reinhardt Luthier, couturier
  • Angélique de Labarre, propriétaire du château des Milandes
  • Georgette Malaury, voisine de la famille aux Milandes
  • Nafissa Alileche, étudiante
  • Rosemary Philipps, chanteuse et propriétaire du parc des Milandes
  • Tef Poe, rappeur américain
  • Voix de Joséphine Baker : Lila Tamazit
  • Lectures : Nicolas Champeaux, Thierry Beauchamp et Thomas Dutter

Bibliographie indicative

Une Grande Traversée signée Mathieu Palain, avec l'aide de Julien Oheix, et réalisée par Thomas Dutter.

Prise de son : Jean-Baptiste Etchepareborde, Ludovic Augé et Romain Lenoir. Mixage : Manuel Couturier. Traduction : Nicolas Champeaux. Documentaliste INA : Haude Vassent. Coordination : Christine Bernard.

Références

L'équipe

Mathieu Palain
Mathieu Palain
Mathieu Palain
Production
Mathieu Palain
Mathieu Palain
Julien Oheix
Production déléguée
Thomas Dutter
Réalisation
Christine Bernard
Christine Bernard
Christine Bernard
Collaboration