La maison Farley Farm dans le Sussex en Angleterre, dans laquelle ont vécu Lee Miller et Roland Penrose. C'est aujourd'hui un musée et un lieu d'archives - Gaël Gillon
La maison Farley Farm dans le Sussex en Angleterre, dans laquelle ont vécu Lee Miller et Roland Penrose. C'est aujourd'hui un musée et un lieu d'archives - Gaël Gillon
La maison Farley Farm dans le Sussex en Angleterre, dans laquelle ont vécu Lee Miller et Roland Penrose. C'est aujourd'hui un musée et un lieu d'archives - Gaël Gillon
Publicité
Résumé

À Farley Farm House, dans le Sussex en Angleterre, Lee Miller et son mari Roland Penrose ont créé un refuge bouillonnant où se croisaient les artistes du monde entier. Leur fils, Antony Penrose, nous ouvre les portes de ce lieu rempli de souvenirs, dans lequel Lee Miller a déposé ses secrets.

avec :

Antony Penrose (Fils de Lee Miller, directeur des archives Lee Miller Archive et de la collection Penrose, à Farley Farm House), Hillary Roberts (Conservatrice au département de la photographie de l’Imperial War Museum), Amy Bouhassane (Petite fille de Lee Miller, et co-directrice des archives et des collections à Farley Farm House).

En savoir plus

Il n’y a qu’une façon d’entendre la voix de Lee Miller, dans une unique archive : le show radiophonique de l’actrice américaine Ona Munson enregistré à Los Angeles en 1946. Lee Miller est son invitée. Elle est alors une photographe et reporter de guerre reconnue. Elle est célèbre, et est accompagnée de son compagnon, l’artiste anglais Sir Roland Penrose. Elle raconte ses reportages dans le sillage de l’armée américaine débarquant en Europe, la découverte des camps de la mort. On sent pourtant que le monde est en train de tourner une page.

Lee Miller a été considérée comme la plus belle femme du monde, elle a été mannequin, elle a fait partie de ces artistes américains venus chercher le salut à Paris. Elle incarne le vent de liberté qu’a soufflé le surréalisme avant la guerre.

Publicité

Son fils, fruit de son union avec Roland Penrose, Antony Penrose, naît en 1947. Deux ans plus tard, en 1949, ils achètent une ferme à deux heures de Londres, la Farm Farley House dans le Sussex, un refuge loin des bruits du monde, et des souvenirs noirs de la guerre.

Dans le jardin de Farley Farm House, la maison de Lee Miller, avec son fils Anthony Penrose (à gauche)
Dans le jardin de Farley Farm House, la maison de Lee Miller, avec son fils Anthony Penrose (à gauche)
- Gaël Gillo

Antony Penrose nous ouvre les portes de ce lieu dans lequel il a grandi où l'art est partout, tout le temps. Lee Miller s'était attachée à en faire un endroit bouillonnant, où les artistes du monde entier se croisaient, où les projets naissaient. Picasso était l'un de ses invités réguliers. Ses œuvres sont sur tous les murs. Nous frolons le potager de sa mère, nous l’écoutons raconter les visites régulières de Picasso, ami de la famille. Mais ce petit paradis cachait quelque chose. Lee Miller était une femme distante avec son fils, secrète et muette.

Depuis sa mort en 1977, son fils, Antony Penrose est devenu l'archiviste d'une vie dont il ne savait rien. Lee Miller n'a jamais rien raconté à son fils. À sa mort, il découvre des boîtes avec à l’intérieur des textes écrits sous les bombes, ainsi que des négatifs, des planches contact représentant des scènes de guerre. Alors tout le passé de Lee Miller ressurgit. Antony découvre tout un pan de sa personnalité qu’il ignorait, des images insoutenables des camps, des images de réfugiés, qui révèlent un aspect de sa mère dont il n’avait jamais soupçonné l’existence.

Premier épisode avec :

Une Grande Traversée signée Judith Perrignon, et réalisée par Gaël Gillon.

Prise de son : Andreas Jaffré. Mixage : Guillaume Ledu. Traductions : Jeanne Guérout et Céleste Karlin. Coordination : Christine Bernard.

En partenariat avec le magazine Madame Figaro