Diana Spencer et Elizabeth II, à un match de polo, le 30 mai 1982
Diana Spencer et Elizabeth II, à un match de polo, le 30 mai 1982 ©Getty - Tim Graham Photo Library via Getty Images
Diana Spencer et Elizabeth II, à un match de polo, le 30 mai 1982 ©Getty - Tim Graham Photo Library via Getty Images
Diana Spencer et Elizabeth II, à un match de polo, le 30 mai 1982 ©Getty - Tim Graham Photo Library via Getty Images
Publicité

Dans les années 1980, la presse devient plus critique : les finances de la famille royale sont scrutées à la loupe, de même que les affaires de cœur de ses membres. Entre la monarchie et la presse se tisse une relation malsaine que la tragédie de la princesse Diana va pousser à son paroxysme.

Le 8 juillet 1982, un inconnu fait irruption au petit matin dans la chambre de la reine. L’homme, prénommé Michael Fagan, est parvenu à s’introduire dans le Palais de Buckingham, sans autre intention que de confier à la reine ses malheurs qu’il impute au thatchérisme. Au-delà de la polémique sur les défaillances du système de sécurité entourant la monarque, l’incident met en lumière l’exacerbation des conflits sociaux sous le gouvernement de la "dame de fer". Grèves des mineurs, manifestations ... la colère gronde dans la rue. Si la reine s’en tient à sa réserve habituelle, on dit tout bas qu’elle déplore de voir les divisions s’accentuer ainsi au sein de son royaume.

6 min

Des divisions se font également sentir au sein du couple princier, malgré la naissance de deux héritiers : William et Harry. La liaison du prince Charles avec Camilla Parker Bowles est révélée par la presse et confirmée par la princesse Diana elle-même lors d’une interview à la BBC qui fait scandale et marque un tournant dans les rapports entre la société audiovisuelle publique – jusqu’ici déférente – et la famille royale. Les tabloïds font des affaires intimes des enfants de la reine un commerce prospère, nourri par les photos des paparazzis en permanence à leurs trousses.

Publicité

1992, l'année de tous les maux

L’année 1992 est une déferlante de mauvaises nouvelles pour la couronne. La reine la qualifiera d’"annus horribilis" : incendie du château de Windsor, débat aigu sur le coût de la restauration et plus largement sur les finances royales, divorce du prince Andrew et parution d’un best-seller sur les problèmes conjugaux de Charles et Diana.

Au divorce du couple princier succèdent les polémiques sur l’exposition médiatique de Diana et Dodi Al-Fayed, jusqu’à leur disparition tragique à Paris le 31 août 1997. Nouvelle épreuve pour la reine, qui, recluse en Écosse avec ses petits-enfants orphelins, reste sourde aux appels de la foule londonienne attendant d’elle un dernier hommage à la "princesse des cœurs".

Une Grande Traversée signée Maylis Besserie et réalisée par Marie Plaçais.

Quatrième épisode avec :

  • Jean Des Cars, biographe, écrivain et journaliste pour Paris-Match, Le Figaro et Jours de France
  • Richard Fitzwilliams, chroniqueur royal, journaliste et critique cinématographique
  • Jean Seaton, professeure d’histoire des médias pour l’université de Westminster et historienne officielle pour la BBC
  • Philippe Chassaigne, professeur d’histoire contemporaine pour l’université Bordeaux-Montaigne, spécialiste de la Grande-Bretagne
  • Ed Owens, historien de la monarchie Britannique contemporaine et des médias étatiques, auteur et chroniqueur royal
  • David McClure, producteur de télévision, journaliste et écrivain
  • Johny Dymond, journaliste et correspondant royal pour BBC news
  • Avec les voix de Dario Costa, Xavier Brossard, Chloé Lambert, Phil Bouvard, Lise Côme, Bertrand Dicale, Chloé Baker, Bruno Duvic, Cliona Ni Riordain et Renaud Bertin.

Bibliographie indicative :

Prise de son de Nicolas Mathias, traduction de Julien Rosa, recherches INA par Sophie Henocq, mixage de Guillaume Ledu, avec la collaboration de Lucile Brenon.

En partenariat avec le magazine Marie-Claire