"Sarkozy, personnellement, j’ai pas envie de le revoir"

Le député Thierry Solère est chargé de l'organisation de la primaire à droite
Le député Thierry Solère est chargé de l'organisation de la primaire à droite ©Radio France - Stéphane Robert
Le député Thierry Solère est chargé de l'organisation de la primaire à droite ©Radio France - Stéphane Robert
Le député Thierry Solère est chargé de l'organisation de la primaire à droite ©Radio France - Stéphane Robert
Publicité

La primaire dite "de la droite et du centre" s'est structurée en une sorte de référendum "pour ou contre Nicolas Sarkozy". Témoignages de probables futurs votants dimanche prochain recueillis par Stéphane Robert.

Encore une fois, c’est Nicolas Sarkozy qui a dicté l’agenda et les thématiques de campagne. D’abord, en tant que président du parti organisateur, « Les Républicains ». Puis, en tant que candidat à partir de la fin du mois d’août.

Le grand atout de Nicolas Sarkozy, c’est qu’il reste très populaire au sein du cœur militant de sa famille politique. Il conserve plusieurs centaines de milliers de partisans qui sont, dans leur grande majorité, des fans absolus, des groupies qui adulent leur idole. Ce sont essentiellement eux qu’on retrouve dans ses meetings de campagne…

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Il est extraordinaire !

Mais Nicolas Sarkozy génère, au sein même de son propre camp, un puissant rejet. D’une part, il a déjà été président et un certain nombre de sympathisants de droite estiment qu’il n’a pas vraiment respecté ses promesses de campagne. D’autre part, ses rodomontades et ses prises de position iconoclastes destinées à tenter de séduire l’électorat du Front National suscitent l’agacement d’une partie de la droite. C’est le cas d’un certain nombre de militants « Les Républicains » qui, du coup, en réaction, se rangent derrière celui qui apparaît comme son principal adversaire, Alain Juppé…

Christophe, militant LR de Laval, en Mayenne, apprécie la pondération d'Alain Juppé

1 min

C’est aussi le cas de l’électorat centriste qui s’apprête, par anti-sarkozysme, à voter très majoritairement en faveur d’Alain Juppé…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Sarkozy, personnellement, j’ai pas envie de le revoir

Cette campagne s’est donc entièrement structurée autour de cette sorte de référendum : « pour ou contre l’ancien chef de l’Etat ». Ce qui génère parfois des oppositions au sein de certaines familles. Comme chez ce couple de Parisiens, Nicolas et Véronique Biltgen. Lui, défend Nicolas Sarkozy, elle, préfère Alain Juppé…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

C'est pas un débat à couteaux tirés. C'est plus des choses qu'on a entendu, ou lu, pour dire... et toc !

Mais ce duel à distance que se livrent depuis des mois les deux candidats se trouve, en cette fin de campagne, perturbé par l’irruption soudaine, dans les sondages, d’un troisième prétendant : François Fillon. Et il semble se nourrir de l’électorat de l’ensemble des candidats. Celui d’Alain Juppé mais aussi celui de Nicolas Sarkozy, comme en témoignent les doutes d’Eléonore Declerq, militante à Alfortville…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour moi, Sarkozy, c'est le meilleur. Mais je ne suis pas sûre qu'il puisse revenir

François Fillon a émergé très récemment comme outsider de cette primaire. Et cela, à la faveur de prestations jugées convaincantes dans les débats télévisés. Dans ces meetings, on voit beaucoup de personnes qui viennent le voir pour confirmer ce qu’ils appellent « une bonne impression ». C’est le cas de Franck Régnier et Damien Desplanques…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

On a regardé les débats télévisés et on vient conforter notre opinion

Le résultat de cette nouvelle donne est un affaissement mécanique de celui qui, jusqu’ici, concourrait pour la troisième place derrière le duo de tête : Bruno Le Maire. « BLM » n’a jamais vraiment su trouver son positionnement politique, malgré les efforts de ses partisans pour expliquer son concept de « renouveau »…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Dans ces conditions, les autres candidats ont beaucoup de mal à émerger. Ils ont réussi à s’entourer de petites équipes militantes mais n’ont pas de véritables réseaux structurés sur l’ensemble du territoire comme ceux des « quatre grands candidats ». Ils n’en ont pas moins réussi à fédérer quelques fervents soutiens…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Ce qui est important pour moi, c'est le libéralisme sociétal et économique

Cette élection est également caractérisée par une grande porosité entre les électorats des différents candidats. On peut assez facilement basculer de l’un à l’autre sans donner l’impression de trahir puisque ce scrutin s’organise au sein d’une même famille politique…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Dire qu'on va faire du renouveau mais n'en faire qu'un mot, ça n'a pas de sens

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pourtant, même si cette primaire est organisée au sein d’une famille politique identifiée comme étant de la « droite » et du « centre », des sympathisants du Front national envisagent de participer au scrutin. Et puis des militants de gauche pourraient également aller voter. Mais ça, c’est essentiellement au second tour, si Nicolas Sarkozy réussit à se qualifier…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'idée qu'il y ait Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy au second tour de la présidentielle, pour moi, c'est insupportable !

L'équipe