France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Laure Adler s'entretient avec le philosophe Alain Cugno ** A quatre ans, dans le jardin de ses grands parents, Alain Cugno est saisi par son premier questionnement sur le moi.** "Pourquoi est-ce que j'existe alors que je n'ai rien demandé ?" * Enfant, il se rend au zoo de Vincennes et s'efforce de "devenir" ** un animal ** pendant toute la semaine. "Je suis redevenu humain à partir du moment où j'ai rencontré la philosophie" * . Déçu par l'enseignement de la philosophie au lycée, il découvre à Normale Sup' Jean-Toussaint Desanti, ** son professeur. Une rencontre "décisive" : "pour lui penser c'était remettre en chantier ce qu'on avait cru penser (...) Je voudrais continuer ce que Desanti a inauguré". Sa vocation de naturaliste n'a pas été trahie par sa carrière de philosophe : dans l'une comme dans l'autre, on est à l'affût , des animaux ou des mots , en attente que** "quelque chose se montre"** . **"Le christanisme ** structure ma pensée (...) Ce qui est en jeu c'est une certaine conception de l'intériorité et une certaine conception de la temporalité" . Alain Cugno évoque son engagement contre la prison systématique et discute du mal :"il se tient hors-champs par rapport à tout ce que nous pouvons convoquer (...) N'empéche qu'il est là et que nous ne pouvons pas faire comme s'il n'était pas là" . Il plaide pour une philosophie de l'instant , croisement entre la temporalité et l'éternité. "Nous n'avons à répondre que de maintenant , et de rien d'autre (...) Le présent enveloppe le passé et le futur" . Il évoque encore son dernier ouvrage **"La libellule et le philosophe", ** traversé par les paysages de Charente ."Les idées se comportent comme des libellules..." "Les libellules me disent que c'est extraordinaire d'exister, que c'est une pure merveille d'être dans ce monde..."

Références

L'équipe

Laure Adler
Production
Elodie Royer
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration