Anna Mark
Anna Mark
Anna Mark - Samuel BERNARD
Anna Mark - Samuel BERNARD
Anna Mark - Samuel BERNARD
Publicité
Résumé

Anna Mark, peintre et plasticienne hongroise, à Paris depuis qu’elle a fui son pays après l’invasion soviétique de 1956, s’inspire, dans ses œuvres aux formes géométriques, de ses voyages en Europe. Entretien avec Laure Adler.

avec :

Anna Mark (Artiste peintre).

En savoir plus

Anna Mark dessine depuis toute petite. « A l’âge de 14 ans, je savais que je voulais être peintre », et s’entraînait « de plus en plus, de telle sorte que je savais que je finirais par être peintre. ». Cette amoureuse de l’art l’est également de la sculpture « je regrette un peu de ne pas être sculpteur, mais c’est déjà fait comme ça, je suis peintre. »

A Budapest, Anna Mark habitait chez son grand père « qui était journaliste et aussi rédacteur en chef d’un quotidien hongrois ». De Budapest, elle se souvient d’une « vie culturelle intense » dans laquelle il y avait « des soirées, des invités. On discutait de la musique, de Bartok, (…) de la littérature. (…) La poésie occupait aussi une place très grande, très importante. La poésie hongroise et la poésie allemande. Mais je ne connaissais pas du tout la poésie française à l’époque. »

Publicité

Après son bac, elle entre aux Beaux-arts de Budapest, « des études qui n’étaient pas très faciles étant donné la situation politique de cette époque». Après quelle a obtenu son diplôme, Anna Mark arrête la peinture pour devenir décoratrice de spectacles de marionnettes. « Je ne pouvais pas continuer d’être peintre parce qu’il y avait le réalisme socialiste comme seul style admis par le régime». Après l’invasion soviétique, Anna Mark et sa famille souhaitent quitter le pays, « la frontière était déminée, on pouvait passer et les gens passaient par la frontière (…) par milliers. ». Leur première tentative se solde par un échec : « c’était le 27 novembre, il faisait froid et il y avait de la pluie. (…) Nous nous sommes couchés dans [des] meules pour attendre le matin, sachant que très probablement nous serions pris. (…) Ce qui a été le cas. (…) Au bout de huit jours nous sommes repartis et cette fois-ci avec beaucoup de chance nous sommes repassés par la frontière et quand nous avons vu les gendarmes autrichiens c’était la joie».

Elle se rappelle son arrivée à Paris : « J’ai visité les galeries, les musées. J’ai découvert les peintres que je ne connaissais pas ou que je connaissais en noir et blanc, par des reproductions. C’était tout à fait autre chose d’aller au Musée d’Art moderne de la ville de Paris qui était à l’époque le seul musée. [Etre] confrontée à la vraie peinture c’était une très grande joie"…

_Pour en savoir plus: _http://www.galeriemirabilia.fr/artistes/Anna-Mark/oeuvres-20.html

Références

L'équipe

Laure Adler
Production
Didier Lagarde
Réalisation
Elodie Royer
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration