George Steiner avec Laure Adler en 2012 à son domicile parisien
George Steiner avec Laure Adler en 2012 à son domicile parisien ©Radio France
George Steiner avec Laure Adler en 2012 à son domicile parisien ©Radio France
George Steiner avec Laure Adler en 2012 à son domicile parisien ©Radio France
Publicité

Dans ce cinquième et dernier volet de notre semaine consacrée à George Steiner, l'écrivain nous parle du monde contemporain et de son amour pour la musique.

Dans cet épisode final de la série d'entretiens de "Hors-champs" avec George Steiner, l'écrivain, philosophe et linguiste achève de se livrer sur ses réflexions les plus profondes et ses émulations intellectuelles.

Au sujet de l’État d'Israël et de sa légitimité, George Steiner se montre prudent : "Dire que Netanyahou est un salaud, c'est facile quand on est dans un beau salon à Cambridge. C'est là-bas qu'il faut le dire. En attendant d'y être, je crois qu'il faut se taire."

Publicité

Au cours de son parcours, le linguiste s'est posé cette question : qu'est-ce que le silence ?

Il y a toute sorte de communication en dehors et au-delà de la parole. Il y a, dans la musique, des silences décisifs. J'ai aussi essayé de comprendre pourquoi, parfois, il y a des choses qu'il ne faut pas essayer de dire, comme par exemple l'ultime expérience de la Shoah. George Steiner 

Pour Steiner, nous vivons dans une période d'incertitude, de chaos. "Il y a une sorte de vertige devant le « tout est possible »."

Ce passionné de littérature, de philosophie et de linguistique est aussi un amoureux de la musique. Dans l'ensemble de son œuvre, il développe la thématique de l'union consubstantielle entre musique et pensée.

Je crois que je ne pourrais pas survivre si j'étais amené à ne plus entendre la musique. Elle m'est tellement importante et essentielle. Le fait de vivre à cette époque-là, d'avoir au bout de nos doigts toute l'histoire de la musique, toute la musique qu'on veut entendre, c'est un luxe immense et indispensable. George Steiner

Mais alors, se demande-t-il, pourquoi la musique n'aide-t-elle pas contre l'inhumain ? "La musique ne se refuse à rien. La musique a des dons de prostituée tout à fait exceptionnels. Elle se laisse acheter à un degré étonnant."

Le personnage existe au-delà de la vérité. Don Quichotte, Hamlet et Faust existent comme vous et moi n'existons pas. Nous ne sommes rien comparés à eux. Nous n'avons même pas commencé à vivre. Les Anna Karénine et les Emma Bovary vivent pour toujours, pas vous et moi. C'est le mystère de la fiction. George Steiner

2 min