Charlotte Rampling
Charlotte Rampling
Charlotte Rampling ©Maxppp - Corinne Amar
Charlotte Rampling ©Maxppp - Corinne Amar
Charlotte Rampling ©Maxppp - Corinne Amar
Publicité
Résumé

Hors-Champs reçoit l’actrice britannique Charlotte Rampling. Nominée aux Césars pour de nombreux films tels que "Sous le Sable" (2002), elle a récemment reçu l'Ours d'Argent de la Meilleure actrice pour le film 45 years lors de la Berlinale 2015. Elle s'entretient avec Laure Adler.

avec :

Charlotte Rampling (actrice).

En savoir plus

Elle évoque sa petite enfance et sa mère souvent absente : « elle n’était pas souvent là (…) j’ai vécu plutôt avec mes grands parents et ma nourrice. Ma mère, elle, s’occupait de ma sœur malade. » Souvenirs qu’elle évoque notamment dans son ouvrage. « Mais tout ça, évidemment, on ne s’en souvient pas, on en a juste les sensations. Les sensations de certaines choses qui n’étaient pas tout à fait confortables. Les réminiscences et les souvenirs on se les fait pour essayer de déchiffrer un petit peu qui on est. »

Champion d’athlétisme aux jeux Olympiques de Berlin en 1936, son père est devenu colonel dans l’armée britannique. Selon elle, il était « comme les hommes à cette époque *(…) les hommes de cette époque là étaient issus d’une autre discipline que la nôtre maintenant. C’était des autres hommes c’était des hommes qui étaient plutôt dans une forme de réserve qui pourrait se traduire par une certaine dureté.* »

Publicité

Le métier de son père les forçait à voyager très souvent : « c’était ça les militaires, peut être moins glamour que les ambassades mais oui, c’était des jobs qui font que vous n’allez pas rester plus de deux ou maximum trois ans dans un endroit. » Charlotte Rampling et sa sœur se sont donc vu vivre, pendant plusieurs années, une vie d’expatriées : « Nous les enfants de militaires, nous sommes construits avec une autre vision de la vie. C'est-à-dire que les gens plus sédentaires, c’était quelque chose d’un petit peu mystérieux, un petit peu exotique aussi... On les enviait d’une certaine façon parce qu’ils pouvaient rester ensemble et construire des amitiés qu’on ne pouvait pas avec ma sœur. »

Elle se rappelle aussi son entrée dans l’âge adulte, « *Vers seize ans je dirais (…) j’ai eu des années très fun, surtout que Londres était bien à cette époque là je suis rentrée dans la joie des ces années- là avec le début des Beatles, les Swinging sixties jusqu’à que ma sœur disparaisse, là ça a tourné. * »…

Références

L'équipe

Laure Adler
Production
Didier Lagarde
Réalisation
Anne Kobylak
Réalisation