Publicité
En savoir plus

Laure Adler s'entretient avec Colette Godard , critique théâtrale

Colette Godard
Colette Godard
© Radio France - Corinne Amar

Colette Godard respire le théâtre… Avec des parents amoureux des salles de théâtre, c’est donc très tôt que Colette Godard va voir des pièces. La première pièce dont elle se souvient, c’est La Dame aux camélias avec Edwige Feuillère*, « mais c’est un vague souvenir »* . Puis elle continue à aller souvent au théâtre, parcourant tous les dramaturges et metteurs en scène, de Dubillard à Blain, de Goldoni à Genet, de Strehler à Chéreau.

Publicité

Patrice Chéreau… La première fois qu’elle voit une de ses créations, c’est vers 1966, *L’Affaire de la rue de Lourcine * de Labiche. « J’ai été accrochée tout de suite. Le théâtre physique était encore assez rare à cette époque. Il y avait une telle force rageuse, ça faisait bizarre pour du Labiche, mais ça tenait. Il y avait un côté expressionniste qui me touchait beaucoup. » Et puis il y a aussi eu Ariane Mnouchkine dont elle a vu pratiquement tous les spectacles de son Théâtre du Soleil. « Elle a quelque chose de très généreux. »

Critique dramatique… Colette Godard n’a pas du tout décidé de faire ce métier. Juste après la guerre, les seuls endroits où l’on trouvait du travail, explique-t-elle, c’étaient les journaux. « On trouvait une quantité incroyable de journaux. » Comme elle allait beaucoup au théâtre, les choses se sont faites naturellement et c’est simplement qu’elle est venue à la critique théâtrale.

Pour elle, le théâtre est quelque chose de très affectif. « C’est comme respirer. » Elle a besoin de se sentir concernée par ce qui se passe sur scène. « Il faut que ça me touche, que je participe de manière affective à ce qui se passe, à ces gens qui sont en train de vivre quelque chose. »

Regarder le théâtre, ça s’apprend, mais comme quand on apprend à parler, à force de le pratiquer. « J’ai appris à regarder. Quand j’ai commencé à écrire, il a bien fallu que j’apprenne à faire la part des choses. Même si on écrit des articles assez subjectifs, on informe aussi, donc on apprend à comprendre pourquoi ça nous a touché ou pas. On n’apprend pas à regarder le théâtre, on le reçoit… »

Références

L'équipe

Laure Adler
Production
Didier Lagarde
Réalisation
Elodie Royer
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration