Ile de Lampedusa
Ile de Lampedusa
Ile de Lampedusa
Publicité
Résumé

Morceau de terre perdu entre Afrique et Europe, Lampedusa est au cœur de la crise migratoire. Giusi Nicolini en est le maire ; elle a récemment été récompensée du prix Simone de Beauvoir 2016 pour son engagement auprès des migrants. Elle s’entretient avec Laure Adler.

avec :

Giusi Nicolini (Maire de l'île de Lampedusa).

En savoir plus

Lampedusa, est un morceau de terre, « un rocher ( …) entre l’Afrique et l’Europe. (…) Le paysage est africain, mais l’ile est sicilienne. ». Perdue au beau milieu de la mer Méditerranée, cette île est « au centre d’une des questions les plus graves de notre histoire».

« Par sa position géographique, au centre, entre deux continent, Lampedusa est au milieux d’un des plus grand flux migratoire de l’Afrique vers l’Europe ».

Avec le conflit syrien, la crise des réfugiés a pris une place centrale dans l’actualité médiatique. Pourtant, ce phénomène n’est pas nouveau, « ça fait depuis vingt ans, désormais », souffle-t-elle.

Publicité

C’est avec la visite du Pape François que Lampedusa se fait connaitre: « il faudrait le remercier parce que, en quelque sorte, il a ouvert l’attention du monde vers cette île. Il y avait un silence, une sorte d’omerta, vers ce qui s’est passé dans la Méditerranée. »

« Il s’agit d’une question très sensible et nous avons pu voir que cette question était très instrumentalisée par la politique »

Depuis que les migrants viennent s’échouer sur l’ile, les habitants de Lampedusa ont fait preuve d’une hospitalité remarquable, « la manière dont Lampedusa accueille ces personnes est due au fait qu’il s’agisse d’une terre de la mer, de marins. Mais aussi parce que (…), pour nous, il était clair qu’il ne s’agissait pas d’une calamité naturelle qui est arrivée hier, et qui pourrait passer demain. C’est quelque chose qui va durer, c’est quelque chose que nous ne pouvons pas arrêter par des menaces. (…)Il s’agit de personnes qui n’ont pas d’autre choix, qui défient la mort, (…) c’est un exemple d’héroïsme de notre époque ».

« Nous sommes là comme un radeau. »

Ce rôle d’accueil n’est pas seulement un devoir moral, il est une mission : « nous sommes là comme un radeau. Et eux, ont besoin de ce radeau. Leur voyage, autrement, serait trop long. Déjà, il y en a beaucoup qui meurent avant d’arriver à Lampedusa. Si ils devaient arriver jusqu’en Sicile sans s’arrêter à Lampedusa, je pense que personne ne pourrait survivre… »

Références

L'équipe

Laure Adler
Production
Corinne Amar
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Didier Lagarde
Réalisation
Elodie Royer
Collaboration