Henri Borlant ©AFP - DOMINIQUE FAGET / AFP
Henri Borlant ©AFP - DOMINIQUE FAGET / AFP
Henri Borlant ©AFP - DOMINIQUE FAGET / AFP
Publicité
Résumé

En juillet 1942, Henri Borlant et sa famille sont déportés au camp d'Auschwitz alors qu'ils pensaient se rendre dans des usines ou des champs pour travailler.

avec :

Henri Borlant (Auteur.).

En savoir plus

À la veille de la déclaration de guerre, Henri Borlant est réfugié dans le Maine-et-Loire après avoir quitté le 13è arrondissement de Paris. À la rentrée des classes, il est inscrit à l’école libre, sous sa véritable identité, car dit-il, "on était pas cachés, on était réfugiés".

Il raconte que, pendant longtemps, son père a cru que l’étoile juive allaient les protéger. Mais le 15 juillet 1942, alors qu’il vivait sans crainte, un camion de soldats allemands s’arrête en bas de chez lui avec pour ordre d’arrêter toutes personnes âgées de 15 à 50 ans. Henri Borlant, deux de ses frères et sœurs ainsi que sa mère figurent sur la liste : "on croyait qu’on nous amenait pour travailler." Les frères sont séparés de leur sœur et de leur mère qui retrouve finalement le foyer familial quelques jours plus tard. Les enfants Borlant sont quant à eux transportés et entassés dans des wagons à bestiaux, hommes et femmes séparés, trois jours et trois nuits durant, avant d’arriver à Auschwitz sans passer par Drancy. 

Publicité

"J’ai vu des gens jeter des messages, des papiers", muni d’un carnet, Henri Borlant en détache une page pour écrire un mot à l’attention de sa mère "Maman chérie, il paraît que nous partons en Ukraine pour faire les moissons", il note soigneusement l’adresse, la lettre parvient jusqu'à sa mère grâce à un cheminot. 

"Je me souviens de l’arrivée, je n’ai rien compris […], on était content d’arriver et puis on a vite déchanté, c’était une mise en scène pour nous terroriser", se rappelle Henri Borlant, entouré de soldats allemands, de chiens excités et d’officiers SS parmi lesquels des médecins. Il se remémore les coups, l’agitation, et une chose étrange qui, dit-il, l’a sidéré : "des bagnards en tenue rayée ; on ne va pas travailler dans les champs et les usines, il y a autre chose ; ça a commencé comme ça."

51 min
Références

L'équipe

Laure Adler
Production
Didier Lagarde
Réalisation
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Catherine Parent
Collaboration
Brigitte Bouvier
Réalisation