France Culture
France Culture
Publicité

Laure Adler s'entretient avec le sinologue Jean-François Billeter ** La sinologie ** fut pour lui une aventure.Après des études de lettres, son séjour estudiantin à Pékin ** le marque énormément. "A partir de ce moment-là ma vie a pris un cours déterminé (...) C'était un pari risqué (...) l'aventure a continué, elle aurait pu tourner court" . Il y découvre la calligraphie . "C'est un moment où l'on fait quelque chose de très intense qui engage toute la personne et qui fait qu'on oublie le monde environnant (...) C'est comme pour la musique". * De cet apprentissage complexe découlera une attention au "geste" * , qui le marquera pour sa réflexion sur le corps "illimité" ... Du chinois jusqu'à la philosophie, il n'y eut qu'un pas. Face à la Chine, il faut savoir "désapprendre" . Face à un penseur chinois, il faut le comprendre et aussi prendre conscience de ce qui nous empêche de le comprendre. Chez les sinologues "chacun s’est formé sa Chine à soi". Lui s’est focalisé sur le philosophe Tchouang Tseu . "De tous les philosophes chinois que je connais c'est peut-être celui qui est le plus intéressant pour nous." Autre objet d'étude, Lichtenberg . * Entre ce philosophe allemand et Tchouang Tseu, "il y a une communion d'esprit" . "Ces travaux-là demandent de la patience , on ne peut pas les forcer..." Il explique avoir arrété d' "essayer les idées des autres" . "Je me suis dit : cessons de chercher ailleurs et voyons ce que je puis dire moi-même de ma propre expérience" . Il évoque encore l’hypnose * -"une voie d’accès à quelque chose qui fait partie du sujet humain..." , nous parle du langage, de l'usage des mots , du temps , de la liberté : "le sentiment de liberté advient lorsque nous faisons quelque chose de nécessaire" . "Je dirai que tout est digne d'attention et que tout prend de l'intérêt lorsqu'on y porte de l'attention" . Rencontre avec celui qui se voit comme"un animal amphibie"* ,* capable de se mouvoir aussi bien en Chine qu’en Europe...

Jean-François Billeter
Jean-François Billeter
© Radio France - Corinne Amar