Merzak Allouache
Merzak Allouache ©Maxppp - Corinne Amar
Merzak Allouache ©Maxppp - Corinne Amar
Merzak Allouache ©Maxppp - Corinne Amar
Publicité

Laure Adler s'entretient avec le réalisateur algérien Merzak Allouache. Dans "Les Terrasses" (2014) il représentait une Algérie traversée par des conflits sociaux, religieux et générationnels.

Avec

Merzak Allouache se rappelle avec nostalgie de l’indépendance de l’Algérie. « Je l’ai vécu avec bonheur puisque c’était des journées de bonheur après une période très sombre. (…) Je n’avais pas une très grande conscience politique, mais l’indépendance, c’était la fête, c’était une fête populaire. »

"On a vécu dans beaucoup de mensonges."

Mais l’enthousiasme des premiers jours fut bref. « _J’ai l’impression que depuis ces fêtes de 1962, je n’ai plus connu vraiment de vraies fêtes populaires en Algérie. (…) Beaucoup de jeunes, à travers les réseaux sociaux, à travers les discussions, pensent que ce qu’on a vécu dans les années 70, c’était merveilleux. Ils pensent que c’était très beau, et que maintenant c’est terrible. Mais c’est très difficile, en fait, de leur expliquer qu’en réalité, on n’a pas vécu des choses merveilleuses. On a vécu dans beaucoup de mensonges. »

Publicité

"Il y a quelque chose qui s’est mal passé, qui s’est mal enclenché."

Dans ses films, Merzak Allouache essaye de traduire les difficultés que traversent les jeunes Algériens. « Dans mes derniers films, et dans mes premiers, je travaille sur la mal-vie, et quand on parle de mal-vie, ça signifie qu’il y a quelque chose qui s’est mal passé, qui s’est mal enclenché. Malgré la propagande officielle, malgré ce qu’on veut faire croire au gens, les gens vivent un quotidien qui n’est pas terrible. ».

"J’aime travailler avec les gens du peuple."

Malgré les critiques qu’il fait sur la société algérienne, Allouache garde un attachement profond à ce pays : « Moi j’adore être en Algérie. J’adore rencontrer les gens. J’aime travailler avec les gens du peuple. Il y a ce côté méditerranéen qui est très intéressant, et malgré ce que je montre dans mes films, j’éprouve du plaisir lorsque je rencontre ces gens plein d’énergie là bas, les jeunes pleins d’énergie, ces paysages aussi. »…

L'équipe