France Culture
France Culture
Publicité

** Laure Adler s'entretient avec l'essayiste et romancier Pascal Bruckner**

C'est seulement à 23 ans que Pascal Bruckner a eu l'impression d'être **maitre de lui-même, ** après s'être séparé de sa première femme et avoir enchainé les petits boulots. A l'époque, c'était la musique qui l'attirait, mais l'amour de la littérature était déjà présent. Erotisme, liberté des moeurs, puritanisme et anti-puritanisme - "l'anticonformisme n'est qu'un conformisme à l'envers" - des thèmes chers à Pascal Bruckner, pour qui notre époque vit une *"confusion des valeurs" * : *"il y a coexistence d'une grande liberté affichée et d'une grande peur ressentie". * Avec pour exemple extrême, les Etats-Unis. Sur le manifeste des 343 salauds à propos de la prostitution (qu'il a signé), il admet le côté "un peu simpliste" du texte, sans pour autant se départir de sa position controversée en faveur de la reconnaissance *"du libre exercice de la prostitution". * Il évoquera aussi son ouvrage autobiographique "Un bon fils" (Grasset, 2014); un père violent, autoritaire, antisémite, amoureux du national-socialisme; une mère qui, selon lui, *"au fond acquiescait à cette servitude"; * bref un "amour malsain" . Une vie familiale qui a influencé sa propre vie amoureuse et sa littérature ("Lunes de fiel", Seuil, 1981)... Il nous parle aussi de son amitié avec Alain Finkielkraut, de l'âge ...

Publicité
Pascal Bruckner
Pascal Bruckner