Publicité
En savoir plus

Cet ancien psychiatre d'urgence devenu écrivain à part entière a toujours été un grand passionné de poésie et de lettres. Il a marqué les esprits en 2009 et 2010 avec ses deux ouvrages successifs, Dans la vallée des larmes et Soigner . Il revient aujourd'hui avec Les Irréguliers , entre récit intimiste et voyage intérieur. Patrick Autréaux est l'invité d"Hors-Champs".

Patrick Autréaux
Patrick Autréaux
© Radio France - Corinne Amar

Aussi loin qu’il s’en souvienne, Patrick Autréaux a toujours eu une vocation médicale, « mais la médecine dans ce qu’elle avait de plus général, de plus universel. » Plus tard, il s’intéressera plus particulièrement au lien qui unit les gens. Prendre soin de chacun, explique-t-il, c’est aussi permettre de prendre soin de leur relation aux autres. « C’est quelque chose de moins médical puisqu’on ne l’apprend pas, mais de fondamental pour moi. » * Mais pour soigner ce lien, « il faut se préoccuper de soi-même sinon on ne peut pas prendre les autres en charge. »* Et cet accomplissement, il le trouve dans la littérature. C’est ce qui le stimule.

Publicité

Avant de devenir écrivain, il a été médecin et suit un parcours brillant : école de médecine, internat puis début de la pratique médicale, et finit par choisir alors les urgences. Pour Patrick Autréaux, être médecin c’est avoir une certaine « conscience objective » de ce qu’est le corps humain et la maladie. Mais il y a toute la dimension subjective de la maladie que les médecins ne connaissent pas s’ils n’ont jamais été malades. L’annonce de la maladie l’a donc mis « sur une crête entre deux abîmes : la maladie telle que je la connaissais et un versant plus sombre et moins palpable, l’aspect intérieur de la maladie. »

Cette expérience de la maladie, il la raconte dans des romans poignants comme Dans la vallée des larmes ou Survivre . Pendant ce moment difficile de sa vie, l’écriture a eu une « force accompagnatrice » * forte, même s’il a mis un moment à structurer ses textes. « Dans cette situation, j’avais une hyperacuité : les voix, les sensations, les visages, etc., prennent une tonalité surréelle. »*

Si cette écriture foisonnante nimbe son travail, c’est pourtant avec une voix silencieuse que l’auteur parle : « Quand on parle, on est très bruyant. Les livres, eux, vous parlent en silence et vous accompagnent là où peu de gens peuvent vous accompagner, presque personne. » Pour Patrick Autréaux, écrire, c’est précisément cela : « être entièrement présent par sa voix dans ce livre, ce lieu où il n’y a personne pour celui qui lit… »

Références

L'équipe

Laure Adler
Production
Didier Lagarde
Réalisation
Elodie Royer
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration