Patrick Lemoine - John Foley Opale, Edition ROBERT-LAFFONT
Patrick Lemoine - John Foley Opale, Edition ROBERT-LAFFONT
Patrick Lemoine - John Foley Opale, Edition ROBERT-LAFFONT
Publicité
Résumé

Laure Adler reçoit le psychiatre, docteur en neuroscience, Patrick Lemoine. Ce spécialiste du sommeil a publié de nombreux ouvrages sur le stress et le sevrage des médicaments. Praticien, chercheur, Il évoque son parcours et livre son analyse sur l’univers de la psychologie.

avec :

Patrick Lemoine (Psychiatre).

En savoir plus

Pour Patrick Lemoine, le sommeil est « une question de gènes ». « Ça parait terrible de dire cela, mais nous ne sommes pas tous bâtis pareil. (…) Je reconnais tout de suite si quelqu’un est du matin ou du soir : (…) les sujets du matin sont pathologiquement ponctuels». Ceux du soir, «peuvent faire les trois huit, faire la fête. (…) Je dis toujours aux Directeurs des Ressources Humaines : si vous avez à recruter un gardien de nuit ou une hôtesse de l’air, s’il arrive en retard au rendez-vous, prenez-le, cela marchera ».

Lorsqu’il soigne ses patients, Patrick Lemoine évite d’utiliser des médicaments. Lorsqu’un patient a un « retard de phase », c'est-à-dire qu’il ne parvient pas à se coucher avant six heures du matin, il lui prescrit une nuit blanche. «La seule façon de les traiter en fait, c’est une nuit blanche totale, voire deux. Ensuite on les recale, c'est-à-dire qu’on les couche vers 23h, on les lève vers sept heures et on leur demande de faire ça toute leur vie. »

Publicité

Il se souvient de sa rencontre le psychanalyste Bruno Bettelheim qu’il a rencontré alors qu’il était à l’Université de Standford en Californie_,_ comme l'«un des plus grands communicateurs qu'il n’avait jamais vu. Mais [aussi] un grand imposteur puisqu’il n’avait jamais été ni psychiatre ni psychanalyste et qu’il avait falsifié ses papiers».

« J’ai suivi des familles dont la mère s’était suicidée parce que Bruno Bettelheim, leur avait dit votre fils est autiste parce que depuis le début vous cherchez à le tuer inconsciemment. Ça s’est soldé par un suicide. (…) Dans son esprit, (...) il fallait supprimer tout contact familial pour les enfants autistes. C’était d’après lui, le seul moyen de les sortir de l’autisme. Maintenant, on sait que la seule manière de traiter les autistes, c’est de manière pédagogique, didactique, de les obliger à parler, à faire. »

Patrick Lemoine porte sur la psychanalyse un regard critique. Pour lui, « la psychanalyse fait d’autant plus de bien que l'on va bien, et d’autant plus de mal que l'on va mal ». En d’autres termes, elle n'est pas un soin « mais une façon de se connaître et de se développer ».  Avec sa « peur panique des médicaments », comment soigne-t-il ses patients ? Patrick Lemoine préfère d’autres traitements, depuis l’hypnose aux thérapies comportementales, en passant par la luminothérapie -dont il a introduit, en 1982, la pratique en France…

Références

L'équipe

Laure Adler
Production
Didier Lagarde
Réalisation
Elodie Royer
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration