George Steiner à son domicile en 2012
George Steiner à son domicile en 2012 ©Radio France
George Steiner à son domicile en 2012 ©Radio France
George Steiner à son domicile en 2012 ©Radio France
Publicité

Lors de ce premier épisode d'une série d'entretiens réalisés chez lui à Cambridge, "Hors-champs" a interrogé l'auteur émérite George Steiner sur la portée de la philosophie, les enjeux de la langue, Sartre, Derrida, Freud.

Premier volet d'une semaine consacrée à l'oeuvre de George Steiner. Ce spécialiste des langues, adorateur des textes anciens, connaisseur du théâtre, amoureux de la musique, philosophe et linguiste est avant tout un esprit libre. En octobre 2011, il publiait l'essai Poésie de la pensée (Gallimard).

Dans cet ouvrage, il pose une question majeure pour l'ensemble de son oeuvre : "La philosophie est-elle ce qui n'est pas dit ?"

Publicité

Pendant toute ma vie j'étais très jaloux des mathématiciens et des musiciens. Pourquoi ? Parce que ce sont là des langues vraiment universelles, que l'on n'a pas besoin de traduire. Comment un philosophe qui, après tout, cherche des vérités universelles, peut-il se débrouiller avec la résistance de la langue ? George Steiner

La diversité des langues nous ferait-elle perdre une certaine intimité avec le langage lui-même ? Steiner, penseur d'une poétique du dire et de la traduction (Après Babel, 1975, Oxford University Press_)_, nous répond que non : "Loin d'être une malédiction, la polyphonie et le polyglottisme sont de merveilleuses bénédictions. Chaque langue ouvre une fenêtre sur un nouveau monde."

Fin linguiste, Steiner nous alerte quant à la progressive simplification de la langue, qui pourrait nous guider vers l'asphyxie de notre possibilité de penser. 

Nous sommes entourés d'instruments auxquels nous ne comprenons rien. La Kindle, l'iPod, Twitter... Tout cela repose sur l'anglo-américain, sur une économie de la parole et de la syntaxe. Faisons attention. Si l'invention de l'ordinateur avait été développée en Inde, si les premières formules d'écriture codée avaient été fondées sur la grammaire hindoue, le monde serait différent, la planète ne serait pas celle que nous connaissons. George Steiner

L'équipe

Laure Adler
Production
Didier Lagarde
Réalisation
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Catherine Parent
Collaboration
Brigitte Bouvier
Réalisation