Publicité
En savoir plus

**A l'occasion du dixième anniversaire de la mort de Jacques Derrida, semaine spéciale consacrée au philosophe. Pour cette deuxième émission, Laure Adler s'entretient avec le philosophe Jean-Luc Nancy à propos de la philosophie de Derrida et de la question de la déconstruction **

Difficile d'évoquer la pensée de Derrida , tant celle-ci n’aime pas se «laisser attraper» … La discussion commence sur leur première rencontre, lorsque Jacques Derrida était l’assistant de Paul Ricoeur. A la lecture de ses textes, Jean-Luc Nancy est fasciné par leur aspect «contemporain» : «je me suis dit : il y a là une pensée qui se fait aujourd’hui». Il décide de lui écrire, Derrida lui répond, et ainsi commence leur amitié...Pour lui le texte «fondateur» * de Derrida reste «La Voix et le Phénomène» , qui introduit l'idée d'«ébranlement de la présence à soi» * . Il aborde la notion de «déconstruction» , cette idée clé de la pensée derridienne qui n’est ni «une méthode» , ni *«une théorie philosophique». * Il évoque aussi l'idée de «différance» , «ce qui vient» , «l’événement» , **«l'a venir ** » , * «l'imprévisible», l'idée de «sens », * de« projet»… La discussion se poursuit sur la relation de Derrida à la pensée d'Heidegger, à son antisémitisme... Pour Jean-Luc Nancy, Derrida s’inscrit parfaitement dans l’histoire de la philosophie, tout en étant *«absolument nouveau». * Il est le premier penseur de la «non-maitrise» , également celui de **«l'écroulement ** des grands systémes philosophiques...». La pensée de Derrida, c'est enfin *« un caractère, une poussée, un certain désir, un certain appétit, une certaine violence aussi...» . *

Publicité
Jean-Luc Nancy
Jean-Luc Nancy
© Radio France - Corinne Amar
Références

L'équipe

Laure Adler
Production
Elodie Royer
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration