France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Laure Adler s'entretient avec l'artiste plasticienne Sheila Hicks ** « J’ai trouvé très jeune des choses qui me plaisaient et j’ai suivi le fil de cette petite découverte (…) : travailler manuellement avec les fils, le textile (…) et aussi dessiner … » Toute petite, « je ne voulais pas être artiste, je voulais être une femme heureuse… » * Elle évoque sa formation, son arrivée au tissu, inspirée par le textile précolombien au Pérou : « des lignes très sophistiquées, extrêmement complexes. Ca me fascinait. C’est un peu comme étudier les mathématiques ou la géométrie en trois dimensions… » * A partir d’un fil dans l’espace, « on peut tout faire » . « Nous sommes entourés par le textile, impossible de l’éviter… » Elle nous parle de son séjour au Mexique** , revient sur sa formation à Yale avec Josef Albers : « il fallait travailler comme une folle pour rester dans l’école (…) articuler ses idées clairement, visuellement et verbalement… » « Le textile existe toujours avec un contexte … » * Elle discute de l’utilisation actuelle du tissu dans l’habillement, qui manque de « fantaisie » et de « bonheur » . Son travail est un « environnement » : « des installations »* ; « sculpter l’espace selon le contexte » … Elle raconte sa manière de traiter ses expositions, son rapport au public nous parle encore de Louise Bourgeois, des fibres qu’elle utilise… « La tapisserie, le textile a quitté le mur et est entré dans l’espace, est devenu sculpture… » « On tisse et on détisse. On ne détruit jamais, on retisse. C’est comme dans les relations… » « Je suis enrobée avec des tonnes et des tonnes de fils dans mon atelier (…) Je rétrécis l’espace dans lequel je travaille pour être plus intime et plus immédiatement en contact (…) Il n’y a rien qui sorte de mon atelier que je n’aie fait avec mes mains… » « Imaginez toutes les planètes enveloppées avec des fils. Il n’y a pas de limites… »

Sheila Hicks
Sheila Hicks
© Radio France - Corinne Amar
Références

L'équipe

Laure Adler
Production
Elodie Royer
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration