Publicité
En savoir plus

Militante écologiste et féministe, écrivaine et figure altermondialiste, Vandana Shiva se donne pour mission de promouvoir une agriculture respectueuse de l'environnement et sans OGM, et de défendre la préservation des écosystèmes et de la biodiversité. Retour sur son parcours, quelques jours après la fin de la conférence climat organisée à Paris en 2015.

Vandana Shiva
Vandana Shiva
- Manfred Werner

« Je crois avoir beaucoup de chance. » Vandana Shiva grandit au milieu d’une nature riche qu’elle tente aujourd’hui de défendre. « Mes parents étaient en quête de liberté. J’ai grandi dans les forêts de l’Himalaya, dans une exploitation agricole. » La nature participa véritablement de son éducation. « Tout ce que nous voyions comme acquis a été menacé. C’est pour cela que j’ai été sensibilisée. »

Publicité

« Mon éducation m’a été prodiguée par la forêt. » D’ailleurs, sa mère écrivait de la poésie dont le sujet central était presque exclusivement les arbres. Mais ce que la jeune Vandana désirait, c’était comprendre la nature d’un point de vue scientifique. Elle entra donc en internat, dans une école où elle commença son étude des sciences. « Je voulais devenir physicienne. Il fallait que je comprenne la nature d’un point de vue scientifique. La science permet de protéger la nature. »

Mais au fil du temps, plusieurs alertes opérèrent un tournant dans sa vie : « un de mes cours d’eau préférés a disparu et la forêt où il prenait sa source avait été menacée de destruction au début des années 1970. » Elle décida alors de s’engager dans un mouvement pacifique de protestation contre la déforestation.* « Mon militantisme a été formé par Gandhi. Mon militantisme c’est une protestation non violente contre des lois violentes. »*

Ce qui la porte aujourd’hui, c’est sa conscience, c’est essayer de réaliser ce qu’il est possible de faire à son échelle. « Etant donné que les problèmes auxquels je m’attaque nous concernent tous, beaucoup de gens me rejoignent. » Mais l’engagement politique, très peu pour elle : « Mon action s’inscrit dans la société civile. Mon expérience de la vie me montre que je peux créer plus de libertés en adoptant la voie qui est la mienne. Le pouvoir vertical est plus faible que le pouvoir horizontal. »

/ / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / /

Extraits sonores :

  • Extrait d’un discours de Gandhi, 1950
  • « Beds are Burning. Time for Climate Justice. Tck Tck Tck », 2009
Références

L'équipe

Laure Adler
Production
Didier Lagarde
Réalisation
Elodie Royer
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration