Les blessures sur le dos d'une victime, exposée aux radiations nucléaires, engendrées par l'explosion de la bombe atomique, le 6 août 1945 à Hiroshima ©Getty - Galerie Bilderwelt
Les blessures sur le dos d'une victime, exposée aux radiations nucléaires, engendrées par l'explosion de la bombe atomique, le 6 août 1945 à Hiroshima ©Getty - Galerie Bilderwelt
Les blessures sur le dos d'une victime, exposée aux radiations nucléaires, engendrées par l'explosion de la bombe atomique, le 6 août 1945 à Hiroshima ©Getty - Galerie Bilderwelt
Publicité
Résumé

A partir du lendemain du bombardement, et pendant des années ensuite, les cancers se développent, invisibles, mais invincibles. Les corps sont en lambeaux, les peaux en charpie.

En savoir plus

Cancers, membres mutilés, peaux arrachées... Telles sont les séquelles expertisées par les scientifiques américains présents au Japon jusqu’en 1952. Ils viendront non pas soigner les survivants, mais vérifier au moyen de prélèvements l’impact de la bombe atomique.

L'armée américaine vient enquêter sur les effets et les conséquences de la bombe atomique, au mépris des victimes, et des milliers de morts. Tout n'est qu'expérience et recherche. Les Japonais ont perdu la guerre, leurs survivants ne sont là que pour servir de cobayes.

Publicité
54 min

Archives et témoignages

  • Le révérend Jésuite Dusseroy, présent à Hiroshima le 6 août 1945, raconte les jours après la deuxième déflagration. Le 11 août 1945, pour la première fois depuis le 6 août, il entend des blessés rire.
  • Archive japonaise : extrait de la déclaration de l'Empereur Hirohito à la radio japonaise, le 15 août 1945. Il annonce la capitulation japonaise. Pour la première fois, les populations entendent la voix de leur Empereur.
  • La fin de la Seconde Guerre mondiale est annoncée à la radio américaine le 15 août 1945, suite à une déclaration du Président Truman.
  • Déclaration du Général MacArthur, enregistré à bord du Missouri le 2 septembre 1945.
  • Déclaration du Général Leclerc qui annonce la fin de la Seconde Guerre mondiale au nom de la France.
  • Mikizo Hiwaza, adolescent pendant l'été 1945, se rappelle de l'arrivée des Américains à Hiroshima fin septembre 1945, sans jamais aider les victimes.
  • Témoignage du colonel Paul Tibbets, pilote de l'avion Enola Gay qui largua la bombe atomique. Il explique en quoi, le choix de ces deux villes japonaises militaires, étaient des cibles qui représentaient une expérience, et serviraient dans le futur, à déterminer les dégâts de la bombe.
  • L'écrivain Michel Droit raconte ce qu'il a vu à Hiroshima, les atrocités, et les survivants de la bombe atomique. Mais c'est à l'hôpital réservé aux victimes, qu'il a "vraiment touché l'hallucinante réalité du drame."
  • Ikuo Hirayama est tombé malade en septembre 1945, alors qu'il n'a que 11 ans. Il a pu être soigné et sauvé, avant de développer d'autres maladies. Ce n'est qu'à partir de 1947 que les médecins ont commencé à donner des soins aux victimes de la bombe.
  • Kaji Nakasawa, adolescent en 1945, est devenu un auteur de manga après ces évènements, et la perte de sa mère, pour dénoncer les actes de l'armée américaine et traquer la bombe atomique avec ses crayons. Il a notamment écrit la série Gen d'Hiroshima, en dix volumes, parus en France aux éditions Vertige Graphics.
  • Robert Guillain, journaliste du Monde, correspondant au Japon pendant la Seconde Guerre mondiale, raconte sa visite d'un hôpital de victimes de la bombe, à Nagasaki.
  • Témoignage de Robert Oppenheimer, "père de la bombe atomique", directeur scientifique du Projet Manhattan, prend conscience des conséquences de la bombe atomique.
  • L'écrivain Michel Droit, considère que ce qu'il s'est passé à Hiroshima constitue le plus grand crime de guerre de l'histoire de l'humanité.

De nombreux extraits d'archives japonaises et de l'armée américaine, ainsi que les témoignages de survivants rencontrés au Japon, sont issus de la série documentaire Hiroshima, le souffle de l'explosion, produite par Michel Pomarède et réalisée par Gilles Mardirossian, initialement diffusée en 2005, sur France Culture.

Un podcast original en 4 épisodes, produit par Michel Pomarède et réalisé par Gilles Mardirossian. Conseillère au programme : Camille Renard. Musique originale composée par Alex Finkin.

Prise de son : Jordan Fuentes. Mixage : Bastien Varigaux. Traduction : Robert Wolfenstein.

50 min