georges perros
georges perros - Marc Foucault /©Gallimard
georges perros - Marc Foucault /©Gallimard
georges perros - Marc Foucault /©Gallimard
Publicité

et quand on me dit de parler / je sais pourquoi je dois me taire…

Il ne manque pas de poètes pressés de s’arracher des contraintes, fini la rime et les comptages, vers la prose ils vont à tire d’ailes. Il y en a d’autres pour trouver leur liberté dans les règles rigides de la métrique. Ils paraissent s’amuser dans la difficulté, y développer leur fabrique d’images. Ceux qu’Alain Borer nomme des vitriers de l’invisible : on ne voit plus aucun effort de bâti. Avec Georges Perros s’ajoute une ingénuité de déroulement, l’art magique de filer ses vers, qui nous stupéfie au moment d’enregistrer. S’invente alors une autre grâce de l’architecture parlée, basée sur la fluidité. Il n’y a qu’à balancer ces octosyllabes, elle travaillent d’elles-mêmes, entre écriture et sensibilité, tramant le drame ordinaire d’une époque révolue.

Tous les textes sont extraits de «la vie Ordinaire» de Georges Perros Poésie / Gallimard, ponctués de quelques "Papiers collés" / Gallimard, autre livre merveilleux de Perros

Publicité