Jean Portante à la Foire du Livre de Brive en novembre 2003
Jean Portante à la Foire du Livre de Brive en novembre 2003
Jean Portante à la Foire du Livre de Brive en novembre 2003 ©AFP - DIARMID COURREGES
Jean Portante à la Foire du Livre de Brive en novembre 2003 ©AFP - DIARMID COURREGES
Jean Portante à la Foire du Livre de Brive en novembre 2003 ©AFP - DIARMID COURREGES
Publicité
Résumé

Parfois déroutés, nous sentons que ce n’est pas dans le décorticage-relecture appliqué que se fera la transmutation signes/chant. Entre gifle du vent et rêve debout .

avec :

Jacques Bonnaffé (Comédien).

En savoir plus

L'écriture de Jean Portante devient ainsi un incessant voyage d'une langue à l'autre, ce qui permet, dans sa poésie surtout, de «néologiser», donc d'«étrangéiser» la langue française. Jean Portante parle aussi d'«effaçonner» (autre titre d'un de ses recueils). Il s'agirait alors, tout en façonnant l'écriture, de l'effacer, afin que surgisse la véritable langue.

Extrait de:

Publicité

la tristesse cosmique de Jean Portante Editions PHI

La réinvention de l’oubli de jean Portante Editions LE CASTOR ASTRAL

Après le tremblement / LE CASTOR ASTRAL

Chansons du seuil de Peter Gizzi éditions CORTI

Références

L'équipe

Manoushak Fashahi
Réalisation
Marie Dalquié
Collaboration