Gisèle Halimi
Gisèle Halimi ©AFP - Jack Guez
Gisèle Halimi ©AFP - Jack Guez
Gisèle Halimi ©AFP - Jack Guez
Publicité

Pour ne plus avoir à servir ses frères, Giselle Halimi entame une grève de la faim à l'âge de dix ans. Cette révolte originelle est la source de tous ses combats suivants : de l'engagement anticolonial aux luttes féministes.

Soixante-dix ans de combats. Soixante-dix ans d'énergie, de passion, d'engagement au service de la justice et de la cause des femmes. La silhouette de Gisèle Halimi est frêle désormais, et le beau visage émacié. Mais le regard garde sa flamboyance et la voix conserve la force soyeuse qui a frappé tant de prétoires. L’avocate la plus célèbre de France se souvient. Tunis où elle est née, en 1927, dans une famille juive de condition modeste, son refus d'un destin assigné par son genre et son rêve ardent de devenir avocate. Avocate "irrespectueuse", comme elle aime à se définir, parce que l'ordre établi est à bousculer et que la loi doit parfois être changée. Enfin parce que "ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience", comme l'écrit René Char, qu'elle cite volontiers.

"Je ne serais pas arrivée là si..." Si ma mère, et tout mon entourage depuis la prime enfance, ne m'avaient constamment rappelé que le fait d'être une fille impliquait un sort très différent de celui de mes frères. Un sort dans lequel le choix, le libre arbitre, la liberté n'avaient aucune place. Un sort uniquement déterminé par mon genre. 

Publicité

L'équipe