Des migrants derrière une clôture en fil de fer barbelé dans la zone tampon à la frontière turco-grecque à Pazarkule, dans le district d'Edirne, le 29 février 2020.
Des migrants derrière une clôture en fil de fer barbelé dans la zone tampon à la frontière turco-grecque à Pazarkule, dans le district d'Edirne, le 29 février 2020. ©AFP - Ozan Kose
Des migrants derrière une clôture en fil de fer barbelé dans la zone tampon à la frontière turco-grecque à Pazarkule, dans le district d'Edirne, le 29 février 2020. ©AFP - Ozan Kose
Des migrants derrière une clôture en fil de fer barbelé dans la zone tampon à la frontière turco-grecque à Pazarkule, dans le district d'Edirne, le 29 février 2020. ©AFP - Ozan Kose
Publicité

Ankara est en train de mettre ses menaces à exécution de ne plus retenir les candidats à l'exil. Un chantage migratoire de Recep Tayyip Erdoğan pour obtenir une aide occidentale dans son combat contre Bachar al-Assad.

Frontex, l'agence européenne de contrôle aux frontières est en état d'alerte. Elle vient de recevoir une demande d'aide de la part de la Grèce. 

Ce matin, Athènes a annoncé que 10 000 migrants avaient été bloqués à la frontière grecque ces dernières 24 heures. Ankara a décidé de laisser passer celles et ceux qui souhaitent rejoindre l'Europe. Une mesure pour faire pression sur l'Union européenne afin d'obtenir son soutien dans le combat d'Erdoğan contre Bachar El Assad. 

Publicité

Sept canots transportant environ 300 migrants ont accosté sur l’île grecque de Lesbos ce matin, 150 autres sur l’île voisine de Samos.

© AFP - Riwan Marhic

Les autres titres du journal

Mesure drastique contre le coronavirus et grande campagne de dépistage en Corée du Sud, le pays le plus touché après la Chine compte 18 morts et plus de 3 700 personnes infectées. 

Deux motions de censures seront déposées contre le gouvernement. Opposition à l'Assemblée et syndicats condamnent le recours au 49.3 concernant le projet de réforme des retraites.