Un homme prie devant la mer à Hisanohama, dans la préfecture de Fukushima, lors du dixième anniversaire de la catastrophe nucléaire.
Un homme prie devant la mer à Hisanohama, dans la préfecture de Fukushima, lors du dixième anniversaire de la catastrophe nucléaire.
Un homme prie devant la mer à Hisanohama, dans la préfecture de Fukushima, lors du dixième anniversaire de la catastrophe nucléaire. ©AFP - CHARLY TRIBALLEAU
Un homme prie devant la mer à Hisanohama, dans la préfecture de Fukushima, lors du dixième anniversaire de la catastrophe nucléaire. ©AFP - CHARLY TRIBALLEAU
Un homme prie devant la mer à Hisanohama, dans la préfecture de Fukushima, lors du dixième anniversaire de la catastrophe nucléaire. ©AFP - CHARLY TRIBALLEAU
Publicité
Résumé

Une journée du souvenir était organisée ce matin au Japon, dix ans après la catastrophe de Fukushima.

avec :

Adrien Taquet (Secrétaire d'État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé).

En savoir plus

Des premières secousses de ce gigantesque tremblement de terre, suivies de cette vague géante dévastatrice, jusqu'à l'accident fatal de la centrale, dix ans après Fukushima, la pire catastrophe nucléaire depuis celle de Tchernobyl), la magnitude des dégâts et du traumatisme causés par le drame est si profonde que la mémoire de la tragédie persiste, encore aujourd'hui, dans tous les esprits. Et ce matin, le Japon commémorait le dixième anniversaire de cette triple catastrophe, dont le bilan humain s'élève à près de 18 500 morts ou disparus. 

À réécouter : Fukushima : dix ans après, le difficile retour dans les villes évacuées du département

Les autres titres de l'actualité

Le Parlement chinois a approuvé, ce matin, le projet de réforme du système électoral à Hong Kong, censé donner à Pékin un pouvoir de contrôle accru sur la région administrative spéciale.

Publicité

Le Conseil de sécurité de l'ONU a "fermement" condamné d'une seule et même voix, hier, les violences perpétrées en Birmanie contre les manifestants anti-coup d'Etat.

La Banque centrale européenne devrait mettre l'accent, aujourd'hui, sur son soutien sans faille à la relance monétaire. Seule certitude, les déclarations de la BCE seront scrutées de près face aux craintes d'un retour de l'inflation.

Le variant anglais serait non seulement plus contagieux mais aussi plus mortel que le coronavirus d'origine du Covid-19. C'est ce qui ressort d'une étude britannique publiée hier.

L'appel de Paris, lancé ce matin, réclame une levée des brevets sur les vaccins, afin d’en permettre une production plus massive et surtout mieux partagée.

Veolia, engagé dans une OPA hostile sur Suez, a tenté ce matin d'apaiser la situation avec son concurrent.

La commission inceste, annoncée par le gouvernement il y a plus d'un an, a débuté ses travaux ce matin. Invité de la rédaction : Adrien Taquet, secrétaire d'État en charge de l'enfance et des familles auprès du ministère des Solidarité et de la Santé.

Adrien Taquet : "Les failles, c'est déjà le déni collectif et individuel. Il faut maintenant être vigilant et je pense que l'on a maintenant franchi un cap."

7 min