Le président américain Donald Trump (g) et le président français Emmanuel Macron (d)
Le président américain Donald Trump (g) et le président français Emmanuel Macron (d) ©AFP - LUDOVIC MARIN
Le président américain Donald Trump (g) et le président français Emmanuel Macron (d) ©AFP - LUDOVIC MARIN
Le président américain Donald Trump (g) et le président français Emmanuel Macron (d) ©AFP - LUDOVIC MARIN
Publicité

La cité balnéaire de Biarritz vit ses toutes dernières heures sous la cloche ultra sécurisée du G7. Le sommet doit s'achever en début d'après-midi avant une dernière conférence de presse commune entre Emmanuel Macron et Donald Trump.

Avec
  • Pascal Boniface Directeur de l'IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques)

Chaque année, à l'heure où l'épilogue du grand raout des 7 puissances économiques est sur le point de s'écrire, la question reste invariablement la même : les dirigeants de ce club informel parviendront-ils à s'entendre sur un communiqué final commun ? Ou dit autrement le G7 sera-t-il marqué du seau de l'échec ou du succès ? Et d'ailleurs, compte tenu du nombre de points de divergences, comment faudrait-il comprendre la notion même de succès, sinon que par l'absence, de réels engagements plutôt que aggravation des fractures déjà existantes. Pour l'heure, les inquiétudes provoquées à la fois par la crise iranienne, la guerre commerciale sino-américaine. ainsi que les feux de forêt en Amazonie demeurent. En revanche, une bonne nouvelle est tout de même parvenue ce matin depuis la cité balnéaire de Biarritz. Elle concerne la taxation des géants américains du numérique, véritable pomme de discorde entre Paris et Washington. La France a voté une taxe sur le chiffre d'affaires des GAFA sur son territoire. Du coup, les Etats-Unis menaçaient en représailles de taxer les vins français. Et finalement, un projet d'accord aurait été trouvé en marge du sommet.

Invité de la rédaction : Pascal Boniface, directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques.

Publicité
Pascal Boniface, directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques, le 26 août 2019.
Pascal Boniface, directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques, le 26 août 2019.
© Radio France - Nathalie Lopes

Pascal Boniface : "Le temps diplomatique ne peut pas être un temps court."

7 min

4 min

Les autres titres de l'actualité

Des frappes en Syrie, mais aussi des accusations d'attaques au drone au Liban et en Irak.  La confrontation indirecte entre Israël et l'Iran, jusque-là limitée au conflit syrien, menace désormais de déborder sur deux autres fronts.   

L'Italie attend toujours une majorité et un Premier ministre. Les tractations vont bon train entre le Parti démocrate de centre gauche et le Mouvement 5 Etoiles anti-système pour essayer de former une nouvelle majorité.    

En France, après une fin d'année particulièrement tendue, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer reçoit cette semaine les organisations syndicales. Objectif : déminer une rentrée à risque

L'équipe

Thomas Cluzel
Thomas Cluzel
Thomas Cluzel
Journaliste
Mathieu Laurent
Journaliste