Des enseignants sur les lieux du drame.
Des enseignants sur les lieux du drame. ©AFP - Bertrand Guay
Des enseignants sur les lieux du drame. ©AFP - Bertrand Guay
Des enseignants sur les lieux du drame. ©AFP - Bertrand Guay
Publicité

Parce qu'il s'appliquait à développer l'esprit critique de ses élèves, un professeur du collège du Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine a été décapité hier au nom d'un islam dévoyé. L'enseignant aurait eu le tort de montrer des caricatures de Mahomet. L'assaillant a été abattu par la police.

Dans le droit fil des engagements pris par le chef de l'Etat qui s'est déplacé hier soir sur les lieux du drame, le ministre de l'Education nationale a reçu ce matin les syndicats d'enseignants. Le ministre de l'Education nationale qui est en ce moment même à Matignon, tout comme le garde des Sceaux et le ministre de l'Intérieur, tous trois reçus par le Premier ministre. 

Nous écouterons la réaction de Iannis Roder, professeur d'histoire-géographie dans un collège de Seine-Saint-Denis, directeur de l'observatoire de l'éducation de la Fondation Jean Jaurès et membre du Conseil des sages de la laïcité. Ainsi que l'écrivain et intellectuel Kamel Daoud, invité ce matin sur notre antenne de Caroline Broué.

Publicité

Neuf proches du terroriste de 18 ans, né à Moscou et d'origine tchétchène, ont été placés en garde à vue.

Un hommage national sera rendu au professeur du collège du Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine, annonce ce matin de l'Elysée.

Les autres titres de l'actualité 

Les élections présidentielles en Guinée Conakry. A la veille du scrutin, carnet de campagne, celle du Président sortant Alpha Condé signé Carol Valade     

Corruption à la hausse selon un rapport publié cette semaine par Transparency International. C'est le thème de la "bulle économique" de ce samedi signée Marie Viennot.