Le Sea-Watch 3, le bateau d'une ONG humanitaire en juin dernier faisant route vers Lampedusa ©AFP - LOCAL TEAM
Le Sea-Watch 3, le bateau d'une ONG humanitaire en juin dernier faisant route vers Lampedusa ©AFP - LOCAL TEAM
Le Sea-Watch 3, le bateau d'une ONG humanitaire en juin dernier faisant route vers Lampedusa ©AFP - LOCAL TEAM
Publicité
Résumé

Quelques semaines après l'affaire du navire humanitaire Sea Watch, dont la capitaine allemande Carola Rackete avait accosté dans le port italien de Lampedusa contre l'avis des autorités italiennes, Rome durcit sa législation ce lundi. Un nouveau décret anti-migrants entrera demain en vigueur.

En savoir plus

Quelques semaines après l'affaire du navire humanitaire Sea Watch, dont la capitaine allemande Carola Rackete avait accosté dans le port italien de Lampedusa contre l'avis des autorités italiennes.  Rome durcit sa législation ce lundi. Un décret vient d'obtenir la confiance du Sénat et entrera en vigueur dès demain.  C'est un motif de satisfaction pour le premier ministre Matteo Salvini et son parti d'extrême droite, la ligue. Le décret renforce les sanctions contre les navires humanitaires.  Les explications à Rome de Marie Duhamel.

Toujours en Italie, c'est une nomination qui agite une partie de la classe politique. La semaine dernière l'ancien secrétaire d'Etat aux Affaires Européennes Sandro Gozi a été nommé au cabinet d'Edouard Philippe.  L'italien devient conseiller du premier ministre français. Matignon a beau avoir rappelé l'engagement pro-Macron de Sandro Gozi à l'occasion des dernières européennes. A Rome il y a un parfum de scandale : un politique ne pourrait pas travailler pour deux pays différents successivement.  Décryptage dans un instant de Nicolas Balu.

Publicité

Le scénario d'un Brexit sans accord est de plus en plus privilégié. L’Union européenne rejette l’idée de négociations avec le gouvernement britannique pour modifier l’accord conclu avec Theresa May. Et le gouvernement britannique répète qu’il vaut mieux pas d’accord qu’un mauvais accord. D'ailleurs Londres commence déjà à préparer l’avenir post-Brexit : les Britanniques se détournent de leurs partenaires européens et se rapprochent ouvertement des Etats-Unis.  Analyse à suivre d'Aude Soufi.

Un lourd silence s'est abattu sur le Jammu-et-Cachemire, la partie indienne de la région montagneuse du Cachemire. Hier, le gouvernement de New Delhi a décidé de révoqué l'autonomie dont bénéficiait ce territoire depuis 70 ans. Réforme très controversée dans le pays car elle n'est pas sans risque géopolitique. D'ailleurs, la région subit toujours un couvre feu draconien ce matin. Couvre feu qui empêche les habitants de s'exprimer. Correspondance à New Delhi de Sébastien Farcis.

En France, une enquête a été ouverte dans le Var après le décès d'un maire hier sur le territoire de sa commune à Signes près de Toulon. Jean-Michel Mathieu a été renversé par un fourgon qui venait déposer illégalement des gravats sur un chemin privé. Le drame s'est produit alors que l'élu âgé de 76 ans venait de dire à deux ouvriers du bâtiment de recharger dans leur véhicule leurs déchets et d'attendre la gendarmerie. Deux ouvriers qui se sont exécutés pour les gravats mais qui ont fait une manœuvre avec leur fourgon. Et c'est pendant celle - ci que Le maire a été percuté.  L'enquête devra donc déterminer s'il s'agit d'un accident ou d'un "homicide volontaire". Les deux ouvriers sont actuellement en garde à vue.  Cet événement a évidemment suscité beaucoup d'émotions dans le département et au delà. Compte-rendu d'Antoine Marette.

A Paris, l'inquiétude reste vive autour de la cathédrale Notre-Dame où 250 tonnes de plomb sont parties en fumée en avril dernier lors de l'incendie de l'édifice.  Hier, le collectif d'associations et de syndicalistes qui s'est créé récemment pour défendre à la fois les riverains et les professionnels comme les agents de nettoyage ou encore les salariés des bars des environs a donné une conférence de presse.  Inquiet par les risques de contamination au plomb, ils demandent une mise sous cloche du bâtiment. La mairie de Paris leur répond : pas besoin d'un tel dispositif mais la vigilance reste de mise. Ilan Malka nous expliquera en quoi va consister cette vigilance. 

Références

L'équipe

Nicolas Pommé
Collaboration
Eleonora Farade
Collaboration