Un Tunisien dans un bureau de vote à Kasserine, ce lundi 25 juillet 2022. ©AFP - Hatem Salhi
Un Tunisien dans un bureau de vote à Kasserine, ce lundi 25 juillet 2022. ©AFP - Hatem Salhi
Un Tunisien dans un bureau de vote à Kasserine, ce lundi 25 juillet 2022. ©AFP - Hatem Salhi
Publicité
Résumé

Les Tunisiens se prononcent aujourd'hui par référendum sur une nouvelle Constitution. Un texte controversé qui pourrait faire rebasculer le pays vers un régime de dictature.

En savoir plus

En Tunisie, Ils n'ont pas réussi à s'unir pour faire front, mais les partis d'opposition sont d'accord sur un point. Le risque de coup d'Etat. Un an après avoir gelé les travaux du Parlement, le Président Kaïs Saïed soumet aujourd'hui une nouvelle Constitution à sa population. Le vote a démarré très tôt ce matin.

Kaïs Saïed vote lors du référendum sur le projet de Constitution qu'il a présenté, dans un bureau de vote de la capitale Tunis, le 25 juillet 2022.
Kaïs Saïed vote lors du référendum sur le projet de Constitution qu'il a présenté, dans un bureau de vote de la capitale Tunis, le 25 juillet 2022.
© AFP - Présidence tunisienne
6 min

Les autres titres du journal

Au Brésil, l'élection présidentielle aura lieu en octobre prochain et le président sortant Jair Bolsonaro a lancé officiellement sa campagne à Rio de Janeiro hier. Dans les sondages, le chef d'Etat est en difficulté face à Lula, candidat de gauche et fondateur du parti des travailleurs. 12 000 personnes ont suivi son discours hier. Un discours centré sur des sujets chers à sa base électorale, dont la religion, la famille et les armes.

Publicité

C'est une première depuis plus de trente ans. En Birmanie, la junte au pouvoir a exécuté quatre prisonniers hier. Parmi eux, un ancien député prodémocratie du parti d'Aung San Suu Kyi. Depuis le coup d'Etat militaire de l'an dernier, des dizaines d'opposants à la junte avaient été condamnés à mort, mais aucune exécution n'avait eu lieu jusqu'à présent.

En plus des défis liés à la sécurité, c'est désormais l'inflation qui semble préoccuper les organisateurs des Jeux Olympiques. A deux ans de l'événement, un point d'étape a été supervisé par Emmanuel Macron ce matin.
Le président veut montrer que les JO sont une priorité de ce début de quinquennat et que rien ne doit être laissé au hasard. C'est pourquoi, le comité est restreint, seuls une dizaine de ministres ont tété convoqués. Les élus de Paris et de la région Ile de France seront quant à eux invités à la rentrée. En raison de la guerre en Ukraine, la tension budgétaire est à son comble pour un événement qui déjà traditionnellement explose les plafonds.

A l'Assemblée Nationale les débats sur le projet de loi rectificatif pour 2022 reprennent en fin d'après-midi.
Dors et déjà ont été votés la suppression de la redevance audiovisuelle, l'aide exceptionnelle de rentrée ou encore les aides au carburant. Le gouvernement devrait réussir à faire passer son texte malgré un nouveau couac ce week-end sur le volet des collectivités. Ce matin, la Présidente de l'Assemblée Yäelle Braun Pivet plaidait sur France 2 pour plus de collaboration entre l'exécutif et le parlement dans la conception de la loi.

La suppression de la redevance audiovisuelle a aussi été adoptée dans le week-end. Les républicains et le rassemblement national ont voté pour, l'alliance de gauche, la Nupes était contre à l'unanimité.
Un vote sans encombre mais qui ne répond pas aux nombreuses interrogations sur l'indépendance des médias concernés dont Radio France, France Télévision, France Média Monde, l'INA et Arte. A la différence du projet initial, ce n'est pas le budget général qui financera l'audiovisuel public via une ligne budgétaire dédiée, mais une fraction de la TVA. Ce financement est il plus sur pour les ressources de l'audiovisuel public?

Références

L'équipe

Eleonora Farade
Collaboration
Nicolas Pommé
Collaboration
Thomas Cluzel
Thomas Cluzel
Thomas Cluzel
Journaliste