Les Irakiens ont commencé à voter dimanche lors de législatives anticipées présentées par le pouvoir comme une concession face à un soulèvement populaire.
Les Irakiens ont commencé à voter dimanche lors de législatives anticipées présentées par le pouvoir comme une concession face à un soulèvement populaire. ©AFP - Safin Hamed
Les Irakiens ont commencé à voter dimanche lors de législatives anticipées présentées par le pouvoir comme une concession face à un soulèvement populaire. ©AFP - Safin Hamed
Les Irakiens ont commencé à voter dimanche lors de législatives anticipées présentées par le pouvoir comme une concession face à un soulèvement populaire. ©AFP - Safin Hamed
Publicité

Les Irakiens ont commencé à voter dimanche lors de législatives anticipées présentées par le pouvoir comme une concession face à un soulèvement populaire. Mais entre la corruption endémique et la pléthore de factions armées, les électeurs ne s'attendent pas à de grands changements.

Dans les rues désertes de Bagdad, policiers et soldats sont déployés à intervalles réguliers pour assurer la sécurité des élections législatives anticipées. Des dizaines d'observateurs internationaux dépêchés par l'ONU et l'Union européenne supervisent le processus. Nous serons en direct dans un bureau de vote de Bagdad avec Aurélien Colly pour faire le point à la mi journée.

Les autres titres du journal

La sécurité d'Israël restera une priorité de "tout gouvernement allemand", a déclaré la chancelière Angela Merkel à l'occasion de sa dernière visite officielle à l'Etat hébreu, avec lequel l'Allemagne a approfondi ses relations pendant ses 16 années au pouvoir.

Publicité

Ils dénoncent la bétonisation excessive en Île-de-France : des centaines d'habitants venus de toute la région convergent ce midi vers l'Hôtel de ville de Paris. Une grande marche pour exiger un moratoire sur l'urbanisation des terres agricoles.

Dans ce journal, on vous propose de découvrir un artiste oublié, un sculpteur dont le nom ne vous dit sûrement rien : Raymond Martin. Des milliers de Parisiens passent chaque jour devant son travail : la statut du maréchal Foch, place du Trocadéro, celle du maréchal Leclerc porte d’Orléans. Un sculpteur mort il y a trente ans et dont l'oeuvre dort secrètement dans son ancien atelier de Cachan, près de Paris. On s'y rend en compagnie d'Anne Lamotte.