Les forces de l'ordre interviennent pour disperser des supporters, au Stade de France, près de Paris, le 28 mai 2022. ©AFP - Maryam El Hamouchi
Les forces de l'ordre interviennent pour disperser des supporters, au Stade de France, près de Paris, le 28 mai 2022. ©AFP - Maryam El Hamouchi
Les forces de l'ordre interviennent pour disperser des supporters, au Stade de France, près de Paris, le 28 mai 2022. ©AFP - Maryam El Hamouchi
Publicité
Résumé

Polémique autour du stade de France : la finale de la Ligue des champions a été entachée par de nombreux incidents samedi soir. Le monde du sport britannique dénonce la réaction disproportionnée des forces de l'ordre françaises..

avec :

Bernard Vivier (Directeur de l'Institut Supérieur du Travail).

En savoir plus

Situation chaotique ce samedi 28 mai aux abords du stade de France : la finale de la Ligue des Champions organisée à Paris, un match des titans opposant Liverpool au Réal Madrid, a été perturbé. Des milliers de spectateurs sont restés bloqués à l'entrée du stade. Des supporters munis de faux billets, selon Gérald Darmanin, le ministre de l'intérieur.
Sur place la situation dégénère : les forces de l'ordre lancent des gaz lacrymogènes, le match démarre avec 36 minutes de retard. Et Paris se retrouve soudain sous les projecteurs pour sa mauvaise gestion de la crise, à un an de la coupe du monde de rugby et deux ans des Jeux olympiques.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

L'affaire fait polémique à l'étranger : de nombreux journalistes britanniques par exemple dénoncent l'attitude de la police qui a eu recours très rapidement au gaz lacrymogène. Les explications, depuis Londres, de Richard Place.

Publicité

Le monde du sport britannique très critique envers Paris

1 min

38 min

Les autres titres de ce journal

Ce dimanche après-midi à Jérusalem, plusieurs milliers de personnes sont attendues pour la "marche des drapeaux" : un défilé d'Israéliens juifs nationalistes qui célèbrent la prise de Jérusalem-Est par l'armée israélienne en 1967. Le parcours passe par le quartier musulman de la vieille ville : une provocation selon l'autorité palestinienne. Le Hezbollah libanais et le Hamas menacent de frapper Israël.
Rappelons qu'il y a un an, le Hamas avait tiré des roquettes sur Jérusalem après une marche similaire. Mais cette année le contexte est différent estime Schlomo Mofaz, ancien chef du bureau d'analyses du renseignement militaire israélien. Lui craint plutôt de nouveaux attentats en Israël comme ceux qui ont fait 19 morts depuis deux mois.

Les dégâts sont immenses au Brésil : de fortes pluies touchent le nord-est du pays et font des ravages. Au moins 34 personnes sont mortes dans les inondations, ces derniers jours, dont 29 au cours des dernières 24 heures.

Au Japon, une ex-terroriste d'extrême gauche a été libérée de prison samedi après 20 ans derrière les barreaux. Fusako Shigenobu était la fondatrice de l'armée rouge japonaise, un groupe installé au Liban qui a marqué les décennies 1970 et 1980, avant d'être dissous en 2001.

Force Ouvrière, le troisième syndicat de France se réunit à partir de ce dimanche près de Rouen pour son 25e Congrès. 3000 militants sont attendus pour débattre jusqu'à vendredi prochain, de l'action du secrétaire général sortant, Yves Veyrier et désigner qui lui succédera. Nous y revenons avec Bernard Vivier, le directeur de l'Institut supérieur du travail, spécialiste des questions sociales et syndicales. "Force Ouvrière a une véritable culture, que n'ont pas forcément les autres syndicats, de faire vivre ensemble des courants de pensées très différents" , note-t-il.

Bernard Vivier : "Force Ouvrière est une auberge espagnole"

5 min