Trois évacuations d'immeubles en trois jours à Lille

Les deux immeubles effondrés rue Pierre-Mauroy à Lille, le 12 novembre 2022.
Les deux immeubles effondrés rue Pierre-Mauroy à Lille, le 12 novembre 2022. ©AFP - FRANCOIS LO PRESTI
Les deux immeubles effondrés rue Pierre-Mauroy à Lille, le 12 novembre 2022. ©AFP - FRANCOIS LO PRESTI
Les deux immeubles effondrés rue Pierre-Mauroy à Lille, le 12 novembre 2022. ©AFP - FRANCOIS LO PRESTI
Publicité

Les bâtiments historiques du Vieux-Lille, le cœur de la ville du Nord, s'avèrent fragiles - trop fragiles. Dans la nuit de samedi à dimanche, de nouveaux immeubles ont été évacué en urgence à la demande des pompiers, après la découverte de fissures.

Avec
  • Catherine Hill épidémiologiste, chercheuse à l'Institut de cancérologie Gustave Roussy, a fait partie du conseil scientifique de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, écrit régulièrement pour la revue Sciences et Pseudo-Sciences

Les immeubles de Lille vont-ils s'effondrer les uns après les autres comme des dominos ? Trois bâtiments ont été évacués dans la nuit de samedi à dimanche, rue Lepelletier, deux semaines après le drame de la rue Pierre-Mauroy qui avait causé la mort d'une personne. Pour comprendre pourquoi l'immobilier du centre historique de la ville se trouve dans un si piètre état Estelle Kammerer a joint Jean-Yves Méreau, le président de l'association "Rennaissance du Lille Ancien".

Les autres titres de ce journal

Kim Jong-Un veut faire de son pays la "plus puissante force" nucléaire du monde. Une déclaration un peu plus d'une semaine après l'essai d'un grand missile balistique intercontinental, théoriquement en mesure de frapper les Etats-Unis.

Publicité

Après Shanghai, c'est maintenant à Pékin, la capitale même de la Chine, qu'une nouvelle manifestation a éclaté ce dimanche contre la politique Zéro Covid du gouvernement.

C'est l'amorce d'une neuvième vague de coronavirus en France : les différents indicateurs du Covid-19 sont en hausse. Si le nombre de malades est bien moins élevé que lors des pics précédents, il demeure des "trous dans la raquette" de la vaccination, explique l'épidémiologiste Catherine Hill, l'invitée de ce journal. Les personnes les plus âgées ne sont en effet pas assez vaccinées.

Catherine Hill : "Il y a encore des trous dans la raquette de la vaccination"

5 min

L'équipe