Les 27 réaffirment leur soutien à l'Ukraine, par ailleurs candidate à l'UE

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président ukrainien Volodymyr Zelensky
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président ukrainien Volodymyr Zelensky ©AFP - Sergei SUPINSKY
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président ukrainien Volodymyr Zelensky ©AFP - Sergei SUPINSKY
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président ukrainien Volodymyr Zelensky ©AFP - Sergei SUPINSKY
Publicité

Depuis ce matin, un sommet européen se tient à Kiev. C’est la première fois qu’un événement de ce type se déroule dans une zone de guerre active.

Avec
  • Blandine Chelini-Pont Professeure d’histoire contemporaine à l’Université d’Aix-Marseille, elle enseigne les relations internationales et géopolitiques

Si l'Ukraine (ou plus exactement la guerre en Ukraine) aura forcé l'Europe à se réinventer, jusqu'à quel point l'Union européenne est-elle prête à la laisser dessiner son propre avenir ? Depuis ce matin Kiev, bien qu'encore régulièrement ciblée par d'intenses bombardements russes accueille un sommet européen en présence, notamment, de la présidente de la Commission (Ursula von der Leyen), accompagnée du chef de la diplomatie (Josep Borrell) et du président du Conseil (Charles Michel). Le symbole est bien entendu extrêmement fort. Et nul doute qu'entre expressions de solidarité et opérations de communication bien huilées, les représentants des 27 ne manqueront pas de lancer aujourd'hui des signaux positifs. Mais à l'inverse les autorités ukrainiennes ne devraient pas manquer non plus de faire monter la pression autour de la fameuse question d’une adhésion graduelle de leur pays à l'UE.

.
.
© AFP - Simon MALFATTO, Paz PIZARRO, Kenan AUGEARD

Les autres titres de l'actualité

L’engin serait entré il y a plusieurs jours déjà dans l’espace aérien américain : un ballon espion chinois survolerait actuellement des sites militaires sensibles. C'est du moins ce qu'affirme le Pentagone puisque de son côté Pékin dit encore "vérifier" l'information. Toujours est-il que cet incident intervient à quelques jours seulement d’une visite prévue du chef de la diplomatie américaine en Chine, la première depuis 2018. Et probablement que cette affaire n'est pas la plus à même de déjouer les tensions déjà croissantes entre Washington et Pékin, que beaucoup redoutent même de voir dégénérer en conflit ouvert.

Publicité

La débâcle boursière abyssale du magnat indien Gautam Adani se poursuit. Souponné d’être l’auteur de la plus importante escroquerie de l’histoire du monde des affaires, le milliardaire jugé proche du pouvoir a perdu 40 milliards de fortune personnelle en moins d'une semaine. En même temps que sa place d’homme le plus riche d’Asie. Une déroute phénoménale. Ce matin encore, l'action du fleuron de son conglomérat a dévissé de 30% à la Bourse, forçant même la suspension des échanges à plusieurs reprises.

Le pape François a quitté ce matin la République démocratique du Congo pour rejoindre le Soudan du Sud, le plus jeune Etat du monde, un pays lui aussi à majorité chrétienne et lui aussi dévasté par une guerre civile sanglante. Bien évidemment, là-bas non plus cette visite papale ne permettra pas de stopper la guerre. Toujours est-il que l’Afrique incarne aux yeux de François ces périphéries du monde sur lesquelles il ne cesse de vouloir attirer les regards depuis le début de son pontificat.
L'invitée de la rédaction : Blandine Chelini-Pont, professeure d'histoire contemporaine à l'Université d’Aix-Marseille et co-autrice de "Géopolitique des religions - Un nouveau rôle du religieux dans les relations internationales", paru aux éditions Le Cavalier Bleu.

Blandine Chelini-Pont : "L'Eglise catholique en RDC est presque plus vieille que l'Etat lui-même"

4 min

Un nouveau drapeau et un hymne représenteront désormais la Martinique lors des manifestations sportives et culturelles. Les élus de l'île ont notamment voté hier pour une nouvelle bannière tricolore rouge-vert-noir qui remplacera le drapeau précédent associé à l'héritage colonialiste et aux navires négriers. Et puis autre dossier à l'ordre du jour de la Collectivité Territoriale réunie en Assemblée plénière : la création d'une prime à la fécondité.