Les émeutes ont fait des dizaines de morts tués par la police. La France, le Royaume-Uni, la Russie notamment appellent les différentes parties à la modération.
Les émeutes ont fait des dizaines de morts tués par la police. La France, le Royaume-Uni, la Russie notamment appellent les différentes parties à la modération.
Les émeutes ont fait des dizaines de morts tués par la police. La France, le Royaume-Uni, la Russie notamment appellent les différentes parties à la modération. ©AFP - Alexander Platonov
Les émeutes ont fait des dizaines de morts tués par la police. La France, le Royaume-Uni, la Russie notamment appellent les différentes parties à la modération. ©AFP - Alexander Platonov
Les émeutes ont fait des dizaines de morts tués par la police. La France, le Royaume-Uni, la Russie notamment appellent les différentes parties à la modération. ©AFP - Alexander Platonov
Publicité
Résumé

Des dizaines de morts et des milliers de blessés sont évoqués après les émeutes dues à la hausse des prix du gaz. Les troupes russes appelées par le président kazakh sont déployées.

avec :

Grégory Philipps (Grand reporter, envoyé spécial permanent de Radio France à Washington).

En savoir plus

Au Kazakhstan les émeutes sont désormais sanglantes, le mouvement de protestation contre la hausse des prix du gaz qui avait commencé en province dimanche s'est étendu à la plus grande ville du pays, Almaty. Les images diffusées montrent des scènes de chaos avec des magasins pillés et certains bâtiments administratifs incendiés à Almaty. Des dizaines de manifestants tués par la police et des milliers de blessés sont évoqués. Le gouvernement répond en avançant le chiffre de 13 membres de force de l'ordre tués et 353 blessés. Des troupes russes sont déployées dans le cadre de l’Organisation du Traité de Sécurité Collective, OTSC. A priori, sa présence sur le sol kazakh devrait être très limitée dans le temps et ne consister qu’à garder des infrastructures.

En savoir plus : Kazakhstan : l'heure des comptes de l'ère Nazarbaïev

En savoir plus : Kazakhstan : une transition dans l’ombre de Nazarbaïev ?

Les autres titres

Le passe vaccinal a finalement été voté par les députés ce matin après trois jours de débats  parfois tumultueux et alimenté par les propos d'Emmanuel Macron. Le chef de l'Etat dit avoir envie d'emmerder les non vaccinés, le projet de loi est passé plutôt largement : 214 voix pour, celles de la majorité et d'une partie des LR et du PS. Ils ont été 93 députés à se prononcer contre. Le texte passera devant la Commission du Sénat lundi avant un examen en séance mardi par les sénateurs. Les détails du vote de la nuit montrent que les Républicains  se cherchent encore sur le passe vaccinal.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Il y a un an jour pour jour aux Etats-Unis, à Washington, quelque chose que l'on pensait inimaginable avait pourtant lieu. Le Capitole, siège du Congrès américain et symbole de la démocratie du pays, était envahi, pris d'assaut par des milliers de partisans de Donald Trump. Leur objectif était d'empêcher les parlementaires de certifier la victoire du démocrate Joe Biden "Stop the steal" était leur slogan, "arrêtez le vol". Un an plus tard, près de 730 personnes ont été arrêtées et c'est Joe Biden qui va prendre la parole dans ce même lieu pour s'adresser à l'Amérique. Une Amérique toujours marquée par cet événement et toujours profondément divisée. Grégory Philipps était à l'époque correspondant de Radio France aux Etats-Unis, il avait couvert l'assaut du Capitole pour France Culture. Il est l'invité du journal de 12h30.

Grégory Philipps : "D'après un sondage de la semaine passée, sept sympathisants républicains sur dix sont encore convaincus que l'élection de Joe Biden n'est pas légitime."

8 min

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références

L'équipe

Eleonora Farade
Collaboration
Nicolas Balu
Journaliste
Nicolas Pommé
Collaboration