Une maison détruite à Stoyanka, à l'ouest de Kiev, le 4 mars 2022. ©AFP - Aris Messinis
Une maison détruite à Stoyanka, à l'ouest de Kiev, le 4 mars 2022. ©AFP - Aris Messinis
Une maison détruite à Stoyanka, à l'ouest de Kiev, le 4 mars 2022. ©AFP - Aris Messinis
Publicité
Résumé

Maintenant que l'armée russe se concentre sur l'est de l'Ukraine, le Donbass, la région de Kiev est redevenue calme : les habitants commencent progressivement à retourner chez eux.

En savoir plus

Les troupes russes ont renoncé à prendre Kiev et se sont retirés vers l'est du pays. Depuis quelques jours, la principale autoroute qui arrive de l'ouest vers Kiev est de nouveau ouverte. Certains habitants décident de revenir chez eux. Et ils découvrent à ce moment l'ampleur des destructions au milieu des zones où les combats ont été particulièrement violents. C'est un reportage sur la route de Kiev, signé Laurent Macchietti et Camille Magnard.

Les habitants reviennent à Kiev et découvrent les restes des combats

1 min

Les autres titres de l'actualité

Depuis la fin de la guerre froide, l'Allemagne réunifiée a cessé de s'intéresser à la protection civile. Disparus les bunkers, les sirènes d'alerte, les abris souterrains Si bien qu'aujourd'hui en cas d'attaque, seulement 500.000 Allemands pourraient trouver refuge dans des abris adaptés.

Publicité
14 min

Bombardement d'une gare à Kramatorsk, fosses communes remplies de corps à Boutcha... Les exactions imputées à la Russie se multiplient : nous y revenons avec notre invitée, Alexandra Goujon, maître de conférence à l'université de Bourgogne, enseignante à Sciences Po, spécialiste de l'Ukraine et autrice de L'Ukraine, de l'indépendance à la guerre (éditions Le Cavalier Bleu).

Alexandra Goujon : "La stratégie de Vladimir Poutine consiste à saper le moral des troupes, mais aussi des civils ukrainiens"

3 min

En France, premier tour de l'élection présidentielle ce dimanche : la participation à midi s'élève à 25,48 %  selon le ministère de l'intérieur. C'est trois points de moins qu'en 2017 à la même heure, mais quatre points de plus qu'en 2002, année record de l'abstention au premier tour de l'élection présidentielle.