Bernard Tapie est mort.
Bernard Tapie est mort. ©AFP - GERARD JULIEN / AFP
Bernard Tapie est mort. ©AFP - GERARD JULIEN / AFP
Bernard Tapie est mort. ©AFP - GERARD JULIEN / AFP
Publicité

Atteint d'un cancer depuis 2017, l'homme d'affaire et politique Bernard Tapie est mort à l'âge de 78 ans.

A bien y regarder, on peut compter pas moins de six vies publiques pour Bernard Tapie. Une vie entrepreneuriale, politique, sportive, artistique, médiatique et judiciaire. Bernard Tapie est mort ce matin à l'âge de 78 ans. Il était atteint depuis 2017 d'un cancer, ce qui ne l'avait pas empêché d'apparaître publiquement à plusieurs reprises.

Emmanuel et Brigitte Macron se disent "touchés" par la mort de Bernard Tapie dont "l’ambition, l’énergie et l’enthousiasme furent une source d’inspiration pour des générations de Français". Le maire de Marseille Benoît Payan lui rend aussi hommage : "Bernard Tapie, à jamais Marseillais. Il fait partie de l'histoire de Marseille".

Publicité

Parmi les multiples vies de Bernard Tapie il y a celle en politique. Il se lance à la fin des années 80. Avec nous pour évoquer cet épisode, Michèle Cotta, journaliste politique et écrivaine, grande connaisseuse de la vie politique française.

Michèle Cotta : " Bernard Tapie allait au-delà des lignes et aimait ça"

5 min

Cette carrière politique aura été au minimum freinée par des ennuis judiciaires, qui l'auront suivi jusqu'au bout.

Les autres titres du journal

Il y a eu entre 2900 et 3000 hommes pédocriminels, prêtres ou religieux, au sein de l'Eglise catholique en France depuis 1950.  Il s'agit d'une estimation minimale de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise. C'est son président Jean Marc Sauvé qui communique ce chiffre ce matin. Une commission qui réunit une vingtaine d'expert, juristes, médecins, théologiens. Ils doivent rendre leur rapport mardi, qui fera pas moins de 2500 pages.

L'Algérie rappelle son ambassadeur de Paris après des déclarations d'Emmanuel Macron qui évoque un "système politico-militaire" au pouvoir à Alger.

L'équipe

Laura Dulieu
Journaliste