Affaire Bygmalion : Nicolas Sarkozy condamné à un an de prison ferme

L'ancien chef d'Etat français Nicolas Sarkozy
L'ancien chef d'Etat français Nicolas Sarkozy ©AFP - FRANCOIS LO PRESTI
L'ancien chef d'Etat français Nicolas Sarkozy ©AFP - FRANCOIS LO PRESTI
L'ancien chef d'Etat français Nicolas Sarkozy ©AFP - FRANCOIS LO PRESTI
Publicité

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné Nicolas Sarkozy à un an de prison ferme pour financement illégal de sa campagne électorale de 2012, dans le cadre de l'affaire dite "Bygmalion".

Avec
  • Thierry Bros Professeur à Sciences Po, spécialiste de l'énergie

L'heure du jugement a une nouvelle fois sonné pour Nicolas Sarkozy. Ce matin, le tribunal correctionnel de Paris l'a condamné à la peine maximale de un an de prison ferme pour financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012, dans l'affaire dite Bygmalion.

L'ancien chef de l'Etat va faire appel.

Publicité
Les affaires judiciaires autour de Nicolas Sarkozy
Les affaires judiciaires autour de Nicolas Sarkozy
© AFP - Simon MALFATTO, Sophie RAMIS, Dario INGIUSTO

Les autres titres de l'actualité

Tolérance zéro pour les affaires de sexisme et harcèlement sexuel à Radio France. 11 procédures disciplinaires sont actuellement en cours. Les mis en cause risquent des sanctions pouvant aller jusqu'au licenciement.

La hausse des prix de l'énergie partout en Europe, et notamment en France Dès demain, les abonnés aux tarifs réglementes du gaz subiront une hausse de 12.6%. Une augmentation peu ou prou équivalente devrait toucher les prix de l'électricité, à compter du mois de février. 

L'invité de la rédaction : Thierry Bros, professeur à Sciences Po et expert en énergie.

Thierry Bros : "On a raté dans notre libéralisation des marchés de l’énergie, la gestion des problématiques de pauvreté énergétique."

5 min

Il y a une autre issue : ce serait de faire ce que le président Biden a fait dans le pétrole, ce que l’AIE a essayé de faire dans le gaz, c’est d’appeler le seul producteur qui a de la capacité résiduelle non-employée à produire plus de gaz. C’est-à-dire les Russes. C’est une solution que n’a pas choisi, pour le moment, la Commission européenne. Autrement, c’est le cycle des commodités qui va se mettre en route. On commence à voir des industriels qui réinvestissent dans le pétrole et le gaz, parce qu’effectivement cette demande est toujours là, cette demande va continuer même lorsqu’on va faire notre transition énergétique. Donc on peut imaginer que le prix du gaz va commencer à baisser, mais pas avant la fin de l’hiver.  

Journal de 7 h
13 min

Au Royaume-Uni, le gouvernement a mis fin ce matin au dispositif de chômage partiel.

L'équipe