Le ministre français de la Justice Eric Dupond-Moretti
Le ministre français de la Justice Eric Dupond-Moretti ©AFP - JOEL SAGET
Le ministre français de la Justice Eric Dupond-Moretti ©AFP - JOEL SAGET
Le ministre français de la Justice Eric Dupond-Moretti ©AFP - JOEL SAGET
Publicité

Pour la toute première fois, un ministre de la Justice en exercice en France va être renvoyé en procès. Ainsi en a décidé ce matin la Cour de Justice de la République s'agissant d'Éric Dupond-Moretti, soupçonné de prise illégale d'intérêts.

Avec
  • Armelle Enders historienne du Brésil contemporain, professeure à l'université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis et chercheuse à l'Institut d'histoire du Temps Présent

Ancien ténor du barreau nommé à la surprise générale ministre de la justice en 2020 avant d'être reconduit sur le fil l'été dernier, Éric Dupond-Moretti devenu depuis un justiciable pas tout à fait comme les autres (dépositaire de l'autorité publique) s'est vu notifié, ce matin, son renvoi en procès devant la Cour de Justice de la République. De l'aveu même de l'intéressé, cette décision ne faisait pas de mystère. Reste que c'est bien là un évènement sans précédent pour un ministre de la justice en exercice, accusé en l'occurrence d'avoir profité de sa fonction de garde des Sceaux pour régler ses comptes avec des magistrats avec lesquels il avait eu maille à partir lorsqu'il fréquentait encore les prétoires et faisait trembler les cours d'assises.

Mis en examen pour conflit d'intérêts, Éric Dupond-Moretti va donc devoir comparaître. Déjà se pose (une nouvelle fois) la question de son maintien ou non au gouvernement. Le garde des Sceaux réussira-t-il à convaincre le président Emmanuel Macron que ses ennuis judiciaires n'entraveront pas sa mission de réparer une institution en crise chronique, pas plus qu'ils n'entacheront, d'ailleurs, son devoir d'exemplarité ?

Publicité

Les autres titres de l'actualité

Les députés reprennent leurs travaux aujourd'hui. L'occasion de scruter les joutes parlementaires à venir, révélatrices de ces nouveaux équilibres politiques dans l'hémicycle, avec en l'occurrence un ordre du jour chargé : la présentation du projet de loi sur la nouvelle réforme de l’assurance-chômage.

Au Burkina Faso, chefs religieux et communautaires auront finalement réussi à ce que la crise politique ne donne pas lieu à une guerre fratricide. Hier, le chef de la junte, le lieutenant-colonel Damiba arrivé au pouvoir en janvier dernier par un coup d'Etat a lui-même proposé sa démission, après qu'un nouveau putschiste le capitaine Traoré eut réclamé sa destitution vendredi dernier. Or au-delà de la crise politique elle-même, cet énième changement à la tête du pays vient aussi entériner le déclassement de l'influence française en Afrique de l'Ouest, au profit en particulier d'une Russie conquérante.

Au Brésil, après la courte victoire, hier, de l'icône de la gauche Lula au premier tour de la présidentielle contre le président d'extrême droite sortant Jair Bolsonaro, le pays repart pour un mois de campagne acharnée.
L'invitée de la rédaction : Armelle Enders, historienne du Brésil contemporain et professeure à l'université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

Armelle Enders : "Le bolsonarisme a été considérablement sous-évalué et Bolsonaro a récupéré une partie de son électorat de 2018"

5 min

"L'anti PTisme a sans doute été sous-estimé par les observateurs. L'entrée en force du bolsonarisme au Congrès national, à la chambre des députés et surtout au Sénat est la leçon des scrutins de ce dimanche. Le Sénat qui avait été jusque-là un lieu d'opposition sinon de frein au pouvoir présidentiel. Et puis, surtout, c'est le type de personnalités élues, c'est-à-dire tous ceux qui sont associés à ce qu'il y a de plus marquant dans le bolsonarisme : les pasteurs les plus réactionnaires, l'ancien ministre de l''Environnement qui était le ministre de la destruction de l'environnement et considéré aussi comme un trafiquant de bois élu député fédéral. C'est tout à fait impressionnant. Sans parler de l'élection au premier tour du gouverneur de Rio de Janeiro, qui est un proche de Bolsonaro."

.
.
© Visactu

Au pouvoir depuis à peine un mois, la Première ministre britannique Lizz Truss ne voit plus seulement s'accumuler les sondages désastreux mais aussi les erreurs de communication et, pis encore, les fautes politiques. En témoigne son projet économique, lequel a aussitôt provoqué la chute de la livre sterling. D'où la volte-face décidée ce matin par le gouvernement lequel est revenu sur une baisse d'impôts pour les plus riches qui avait suscité des critiques jusqu'au sein de la majorité.

En ouvrant ce matin la saison des célèbres récompenses philanthropiques, le prix Nobel de Médecine a couronné le pionnier de la paléogénomique, le Suédois Svante Pääbo, pour le séquençage complet du génome de l'homme de Néandertal.