Vladimir Poutine reçu par Emmanuel Macron à l'Elysée en décembre 2019.
Vladimir Poutine reçu par Emmanuel Macron à l'Elysée en décembre 2019. ©Getty - Grigory Dukor \ TASS
Vladimir Poutine reçu par Emmanuel Macron à l'Elysée en décembre 2019. ©Getty - Grigory Dukor \ TASS
Vladimir Poutine reçu par Emmanuel Macron à l'Elysée en décembre 2019. ©Getty - Grigory Dukor \ TASS
Publicité

Le chef de l'Etat français ouvre une nouvelle semaine diplomatique chargée destinée à avancer vers une désescalade dans la crise russo-occidentale autour de l'Ukraine.

Avec
  • Olivier Rouquan politologue, enseignant-chercheur en sciences politiques et chercheur associé au CERSA (Centre d'Etudes et de Recherches de Sciences Administratives et Politiques)

Comment désamorcer la crise à la zone frontalière entre la Russie et l'Ukraine ? Faut-il redouter une nouvelle invasion russe ? Les pays occidentaux sont-ils unis contre Moscou ? L'équilibre des puissances est-il menacé ? Autant de questions de nature à donner le tournis depuis maintenant plusieurs semaines. Et ce n'est certainement pas l'intense ballet diplomatique qui s'ouvre aujourd'hui qui devrait soulager ces troubles de l'équilibre. Quand le chancelier allemand, Olaf Scholz, suspecté d'une certaine complaisance à l'égard du Kremlin se rend aujourd'hui à Washington, sa ministre de la Défense, Annalena Baerbock, est attendue à Kiev, de même que les ministres des Affaires étrangères tchèque, slovaque et autrichien. Dans le même temps, après s'être entretenu ce weekend avec son homologue américain, mais aussi le Premier ministre britannique, les dirigeants des trois pays baltes et le chef de l'Otan, Emmanuel Macron est attendu pour sa part à Moscou cet après-midi avant une étape à Kiev demain, avec l'objectif là encore d'examiner les mesures possible de "désescalade" dans cette crise aux frontières de l'Europe.

Depuis 2017, le président français entretien une relation particulière avec Vladimir Poutine. La position d'ouverture d'Emmanuel Macron à l'égard de la Russie a débuté dès son arrivée au pouvoir, lorsqu'il lui a déroulé le tapis rouge au château de Versailles. Depuis, le locataire de l'Elysée a multiplié les coups diplomatiques médiatisés. Des gestes souvent contrariées, d'ailleurs, par l'immixtion de Moscou dans les sphères traditionnelles françaises. Toujours est-il que la venue aujourd'hui de celui qui endosse le costume de leader de l'Europe est considérée par la Russie comme un véritable espoir.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

À lire aussi : La crise ukrainienne
L'Esprit public
34 min

Les autres titres de l'actualité

Le déplacement du locataire de l'Elysée, en tant que président du Conseil de l'Europe, relève-t-il aussi de la politique nationale à deux mois de l'échéance présidentielle ?

L'invité de la rédaction : Olivier Rouquan, professeur de droit constitutionnel et de sciences politique à l'Institut Supérieur du management public et politique.

Olivier Rouquan : "Une fois que la déclaration d'Emmanuel Macron sera faite, on pourra dire que, cette fois-ci, la campagne démarrera vraiment."

6 min

Ce qui manque, ce sont des débats sur le fond, des débats d'idées. Là, ce qui occupe les esprits, ce sont les analyses, les commentaires sur les tactiques des uns et des autres. Mais, finalement, les enjeux au cœur des préoccupations : certes le pouvoir d'achat, mais plus largement la protection sociale, la question du travail et également sécurité et immigration ; ne sont abordées que par des coups symboliques, des flashs et il y a peu d'explications. Cela peut nuire finalement à cette idée que la campagne s'installe et que les électeurs se mobilisent, se motivent, au delà d'un simple intérêt, un peu lointain encore.

L'Esprit public
23 min

Quand les professeurs s'inquiètent de la baisse alarmante du nombre de lycéens suivant un enseignement en mathématiques, devenu une spécialité depuis la réforme Blanquer. Hier, le ministre de l'Education a lui-même laissé entendre qu'il pourrait finalement revenir en arrière.

Plus de la moitié des enfants ont augmenté leur consommation d'écrans depuis la crise sanitaire en France.  C'est ce qui ressort d'une étude, laquelle pointe également le fait que les parents sous-estiment les risques encourus par leurs progénitures.

Des analyses effectuées par une ONG de chercheurs néerlandais, la fondation ToxicoWatch, révèlent des niveaux de dioxines "exceptionnellement" élevées autour de l’incinérateur d’Ivry-Paris, le plus grand d’Europe.

Au Canada, le maire d'Ottawa jugeant la situation "hors de contrôle" dans sa ville, paralysée par des opposants aux mesures sanitaires, a déclaré "l'état d'urgence".

L'équipe