Le lieu de la Conférence des Nations unies sur la biodiversité (COP 15) est visible à Kunming, dans la province chinoise du Yunnan (sud-ouest)
Le lieu de la Conférence des Nations unies sur la biodiversité (COP 15) est visible à Kunming, dans la province chinoise du Yunnan (sud-ouest) ©AFP - STR / AFP
Le lieu de la Conférence des Nations unies sur la biodiversité (COP 15) est visible à Kunming, dans la province chinoise du Yunnan (sud-ouest) ©AFP - STR / AFP
Le lieu de la Conférence des Nations unies sur la biodiversité (COP 15) est visible à Kunming, dans la province chinoise du Yunnan (sud-ouest) ©AFP - STR / AFP
Publicité

La Chine a donné ce matin le coup d'envoi de la COP15 biodiversité.

Avec
  • Nabila Oumakhlouf psychologue du travail et présidente de l’association Pôle Psycho

C'est l'autre COP, moins connue sans doute que sa grande sœur, celle sur le climat, mais tout aussi cruciale pour l'avenir de la planète : ce matin s'ouvre en virtuel depuis la Chine la Convention sur la diversité biologique. L’événement mondial, le 15ème du nom, dédié à la préservation de la biodiversité doit durer toute la semaine, avant des négociations en tête à tête prévues au printemps 2022. Et l'enjeu est évidemment de taille : parvenir à un nouvel accord mondial pour enrayer rien de moins que la destruction du vivant au cours de la prochaine décennie. Au total, un million d'espèces animales et végétales sont aujourd'hui menacées de disparition dans un bref délai. Or les principales causes de cet effondrement de la biodiversité, à un rythme sans précédent dans l'histoire humaine sont connues : essentiellement d'origine humaine, on citera pêle-mêle l'usage des terres, la surexploitation d'espèces, la pollution, sans oublier le changement climatique. Car si nous ne pouvons pas résoudre la perte de biodiversité sans traiter la crise climatique, à l'inverse, nous ne pouvons pas davantage résoudre la crise climatique sans résoudre l'effondrement du vivant. En clair, biodiversité et climat sont véritablement aujourd'hui les deux faces d’une même pièce.

.
.
© AFP - Valentina BRESCHI, Sabrina BLANCHARD, Manel MENGUELTI

Les autres titres de l'actualité

Au Burkina Faso, s'est ouvert ce matin le procès des auteurs présumés de l'assassinat de l'ex-président Thomas Sankara. Près de 34 ans après les faits, douze des quatorze accusés comparaissent devant un tribunal militaire. En revanche le principal inculpé, l'ancien chef d'Etat Blaise Compaoré exilé en Côte d'Ivoire ne sera pas présent devant ses juges.  

Publicité
5 min

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a exigé hier de Paris "un respect total de son pays".  

6 jours après la publication des travaux de la Commission Sauvé sur la pédocriminalité dans l'Eglise catholique, 3 personnalités ont décidé de lancer aujourd'hui un appel à la démission collective des évêques.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Au terme d'une saison qui aura déjoué de nombreux pronostics, le prix Nobel de l'économie est venu boucler ce matin le millésime 2021. La prestigieuse récompense a été attribué à trois professeurs d'économie : le Canadien David Card, l'Américain Joshua Angrist et l'Américano-néerlandais Guido Imbens, pour leur travaux complémentaire sur les expérimentations appliquées aux science économiques.

C'est aujourd'hui la journée de conférences organisée à Paris à l'initiative du Collectif National des Psychologues de Pôle emploi.

L'invitée de la rédaction : Nabila Oumakhlouf, psychologue du travail et présidente de l’association Pôle Psycho.

Nabila Oumakhlouf : "Nous recevons de nombreuses personnes pour lesquelles l’accès, ou le retour sur le marché du travail, est compliqué."

5 min

Le psychologique, c’est absolument indispensable, mais pour moi ça nous renvoie à des problèmes sociétaux et politiques. Notamment la réforme de l’assurance chômage, qui va mettre dans des situations encore plus précaires, un grand nombre de citoyens. Donc oui le psychologique, mais les moyens sont aussi à mettre ailleurs.

6 min
5 min