Salle d'audience temporaire installée pour le procès des accusés des attentats de Paris du 13 novembre 2015 au Palais de Justice de Paris ©AFP - Alain JOCARD / AFP
Salle d'audience temporaire installée pour le procès des accusés des attentats de Paris du 13 novembre 2015 au Palais de Justice de Paris ©AFP - Alain JOCARD / AFP
Salle d'audience temporaire installée pour le procès des accusés des attentats de Paris du 13 novembre 2015 au Palais de Justice de Paris ©AFP - Alain JOCARD / AFP
Publicité
Résumé

Après deux semaines consacrées aux plaidoiries de la défense, la parole y était donnée ce matin et pour la toute dernière fois aux accusés.

avec :

Christophe Bellon (historien, enseignant-chercheur à Sciences Po Paris, spécialiste de la vie politique française).

En savoir plus

Tout au long de la matinée et un à un, les 14 accusés présents au procès des attentats du 13-Novembre 2015 ont été invités à se lever aujourd'hui pour prononcer leurs derniers mots, avant que les juges n'entament leur délibéré et ne rendent leur verdict attendu mercredi soir. Une ultime parole qui aura été l’occasion pour certains d'entre eux de présenter une dernière fois des excuses ou des condoléances aux victimes et pour d'autres de clarifier leur rôle lors de cette nuit de terreur et de chaos qui a fait 130 morts à Paris et Saint-Denis.

Les dernières prises de parole des accusés. Compte-rendu de Nicolas Balu

1 min

Retrouvez notre dossier : Au cœur du procès des attentats du 13 novembre 2015

Publicité

Les autres titres de l'actualité

Tous les salariés de l'audiovisuel public sont appelés à cesser le travail demain et à manifester à Paris pour l’avenir de leur secteur, clairement menacé selon les syndicats CGT, CFDT, FO et SNJ à France Télévisions. Les mêmes (Unsa et Sud) à Radio France. Ils disent NON à la suppression de la redevance (terme officiel : contribution à l'audiovisuel public) prévue dès cette année (après l'annonce, en campagne, d'Emmanuel Macron) en l’absence de contreparties suffisantes, pour le financement et les conditions d’indépendance vis-à-vis du pouvoir politique. des garanties sur un niveau financement fléché et pérenne

Les revendications concernant l'audiovisuel public précisées par Benoît Grossin

1 min

Cette proposition de loi doit être soumise au vote du Parlement dès le mois prochain. Elle est présentée aujourd'hui comme un coup de pouce au pouvoir d'achat des Français. Toute la question est désormais celle du mode de financement alternatif, des garanties sur un niveau financement fléché et pérenne, car, pour l'heure, on en sait assez peu sur les moyens du gouvernement de trouver les quelque 3 milliards qui, le cas échéant, viendraient à disparaître.

Quel mode de financement alternatif à la redevance ? Eclairage de Marie Viennot

1 min

.
.
© Visactu

Tandis qu'Elisabeth Borne s'est vue confié la mission quasi impossible de trouver un potentiel "accord de gouvernement" en pleine crise institutionnelle, voilà que la majorité présidentielle a décidé, au lendemain de la décision de la Cour suprême des États-Unis de révoquer le droit à l'avortement, d'avancer une proposition de loi pour inscrire le respect de l'IVG dans notre Constitution. Il se trouve que lors de la mandature précédente, les parlementaires de La République En Marche avaient rejeté à plusieurs reprises cette même proposition émanant de l'opposition. Pourquoi un tel revirement ? Faut-il y voir une opportunité politique ?

Cette semaine débute la 16e législature à l’Assemblée nationale. Invité de la rédaction à ce sujet : Christophe Bellon, historien, enseignant-chercheur à Sciences Po Paris et spécialiste de la vie politique française.

Christophe Bellon : "Nous rentrons dans une ère à peu près nouvelle, dans une période de majorité relative très différente des précédentes"

5 min

En Equateur, le président Guillermo Lasso a annoncé hier une baisse du prix des carburants, mais dans une proportion nettement inférieure à celle réclamée par les manifestants qui depuis près de 15 jours protestent contre le coût de la vie. Les députés ont d'ailleurs aussitôt repris hier leur débat sur une destitution éventuelle du chef de l'Etat. Une majorité de 92 voix sur 137 est nécessaire pour que la procédure soit adoptée. Or si l'opposition dans son ensemble est certes majoritaire au sein de l'Assemblée elle n'en reste pas moins encore assez largement divisée.

Volodymyr Zelensky n'aura pas mâché ses mots ce matin. Invité à s'exprimer par visioconférence, à l'occasion du G7, le président ukrainien a exhorté les dirigeants réunis en sommet à lui offrir un soutien accrue, notamment, au lendemain de frappes de missiles russes sur la capitale Kiev, les premières depuis des semaines et dénoncées comme des actes de "barbarie" par le président américain Joe Biden.

La Russie semble en passe de faire face à son premier défaut sur sa dette en devises étrangères depuis des décennies, certains détenteurs d'obligations ayant déclaré ne pas avoir reçu les intérêts échus après l'expiration d'un délai de paiement hier portant sur 100 millions de dollars dus à des investisseurs étrangers. Depuis l'invasion de l'Ukraine, on le sait, de lourdes sanctions ont coupé le pays du système financier mondial. Une grande partie des réserves de la banque centrale russe sont gelées et depuis des semaines le pays multiplie donc les acrobaties pour réussir à honorer ses dettes. Or il semble qu'il n'y soit pas parvenue, même si le Kremlin conteste avoir failli à ses obligations.