Le ministre français de Economie Bruno Lemaire ©AFP - PHILIPPE DESMAZES
Le ministre français de Economie Bruno Lemaire ©AFP - PHILIPPE DESMAZES
Le ministre français de Economie Bruno Lemaire ©AFP - PHILIPPE DESMAZES
Publicité
Résumé

Les raisons du déficit commercial de la France : des prix élevés de l'énergie mais aussi d'importations massives de biens sur fond de forte reprise économique et de désindustrialisation du pays.

avec :

Alexandra Goujon (maîtresse de conférences à l’université de Bourgogne, rattachée au Centre de recherche et d’étude en droit et science politique (Credespo), spécialiste de la Biélorussie).

En savoir plus

Avec 84,7 milliards d'euros, non seulement le déficit commercial de la France s'est creusé mais, pis encore, c'est tout simplement le pire résultat jamais enregistré. Même le précédent record daté de 2011 était de 10 milliards inférieurs. Plusieurs raisons à cela. Tout d'abord, le solde des échanges est aujourd'hui principalement plombé par l'alourdissement de la facture énergétique. Ensuite et de manière a priori paradoxale (mais a priori seulement) l'aggravation de ce déficit s'explique par la vigueur de la reprise économique. Pourquoi ? Parce que la croissance exceptionnelle de 7% l'an dernier a influé sur les importations de biens de consommation et d'outils industriels produits à l'étranger. Ce qui pose, de facto, la question sous-jacente de la désindustrialistation du pays. Enfin, le risque est de voir ce tableau se noircir encore cette année, car avec l'impact persistant des prix de l'énergie, le déficit commercial de la France pourrait atteindre la barre des 100 milliards d'euros en 2022.

L'évolution du commerce extérieur français
L'évolution du commerce extérieur français
© AFP - Sylvie Husson, Anibal Maiz Caceres

Les autres titres de l'actualité

Le groupe bancaire BNP Paribas a annoncé, ce matin, les meilleurs résultats annuels de son histoire. Près de 10 milliards de bénéfice qui viennent ainsi effacer les stigmates de la crise sanitaire.

Publicité

Le fonds d'investissement Mirova, filiale de Natixis, l'un  des cinq  principaux actionnaires d'Orpea va rester au capital du gestionnaire d'Ehpad privés, secoué par un scandale de maltraitance. En revanche, il exige des changements "profonds" dans l'entreprise.

Emmanuel Macron est en route pour Kiev, aujourd'hui, où il doit rencontrer son homologue après avoir présenté la veille à Moscou ses propositions pour désamorcer la crise autour de l'Ukraine.

L'invitée de la rédaction : Alexandra Goujon, maîtresse de conférences à l’Université de Bourgogne, enseignante à Sciences-Po et spécialiste des pays d’Europe de l’Est.

Alexandra Goujon : "On a déjà un conflit de basse intensité."

5 min

Ce que Moscou souhaite c’est que Kiev, en quelque sorte, accorde une autonomie politique à ces républiques séparatistes, qui sont encore fortement militarisées. Côté ukrainien, ce que l’on souhaite, c’est récupérer le contrôle de la frontière extérieure de l’Ukraine, puis mettre en place cette autonomie et des élections. C’est-à-dire : pas d’élections tant qu’il y a une militarisation de la région.

6 min

Dans un contexte déjà de vives tensions entre Paris et Bamako, c'est bien une nouvelle charge que vient de lancer le premier ministre malien Choguel Maïga à l'encontre de la France. La junte accuse désormais l'ex-puissance coloniale, qui en 2013 avait pourtant libéré le nord du Mali tombé sous la coupe de groupes jihadistes, d'avoir cherché la partition du pays.

En Israël, les forces de sécurité sont accusées d’avoir utilisé, sans mandat de justice, le fameux logiciel espion Pegasus contre une multitude de citoyens de l'Etat hébreu.

Références

L'équipe

Eleonora Farade
Collaboration
Nicolas Pommé
Collaboration
Thomas Cluzel
Journaliste