Le président russe Vladimir Poutine
Le président russe Vladimir Poutine
Le président russe Vladimir Poutine ©AFP - Patrick Lefevre / BELGA MAG / Belga via AFP
Le président russe Vladimir Poutine ©AFP - Patrick Lefevre / BELGA MAG / Belga via AFP
Le président russe Vladimir Poutine ©AFP - Patrick Lefevre / BELGA MAG / Belga via AFP
Publicité
Résumé

Le président russe a reconnu hier les séparatistes prorusses en Ukraine, tout en niant la légitimité de l'Etat ukrainien.

avec :

Isabelle Facon (maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique, spécialiste des politiques de sécurité et de défense russes.).

En savoir plus

C'est donc à l'issue d'un long discours télévisé, savamment chorégraphiée, que Vladimir Poutine a fini par lâcher une véritable bombe hier : en signant un décret reconnaissant l’indépendance des deux territoires séparatistes pro-russes du Donbass (les républiques populaires autoproclamées de Lougansk et Donetsk), le chef du Kremlin a non seulement signé l'arrêt de mort des accords de Minsk, mais aussi lancé une énorme gifle à toutes les chancelleries occidentales qui à grand renfort de gesticulations diplomatiques croyaient encore pouvoir tenir tête à la Russie. Quelques heures plus tard à peine, les premières colonnes de blindés faisaient leur entrée dans le Donbass, timidement filmées par des habitants postés à leurs fenêtres. Et c'est ainsi qu'avant même de connaître l'ampleur de cette opération militaire ordonnée par Vladimir Poutine, l'Ukraine a réclamé dès ce matin à l'Occident des représailles sévères contre la Russie.

D'ici ce soir, on connaître l'ampleur de la réponse des Occidentaux à ce geste de défiance de Vladimir Poutine. Américains et européens doivent annoncer une série de sanctions. Reste à savoir si elles seront suffisamment dissuasives pour décourager Vladimir Poutine d'aller de l'avant.

Publicité

L'invitée de la rédaction : Isabelle Facon, directrice adjointe pour la Fondation pour la recherche stratégique, spécialiste de la politique étrangère et de la sécurité russe.

Isabelle Facon : "Le problème c'est que les sanctions ne sont pas très fortes : ce n'est pas forcément très suffisant ni dissuasif."

6 min

Ce type de propos (de la part de Vladimir Poutine), peut faire craindre finalement, si on le met en rapport avec les importants déploiements à la frontière avec l'Ukraine, en Crimée et les exercices en Biélorussie ; cela peut faire penser aussi à une volonté de changer le régime. On ne peut pas écarter toutes les hypothèses et effectivement la question de savoir si hier était un peu l'étape "finale" ou si c'est une étape vers d'autres choses plus graves encore, se pose aujourd'hui tout à fait clairement.

La stratégie à double tranchant d'Emmanuel Macron. Après avoir privilégié son rôle diplomatique à l'annonce de sa candidature à l'élection présidentielle, c'est désormais en plein conflit russo-ukrainien qu'il pourrait devoir acter son arrivée sur le champ de bataille électoral.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les autres titres du journal

Les relations tendues entre la France et la Centrafrique sont aujourd'hui exacerbées par une féroce guerre d'influence entre Paris et Moscou.

Il y a 25 ans, on apprenait la naissance du premier mammifère cloné au monde : la brebis Dolly, née en Ecosse, sept mois plus tôt. Un quart de siècle plus tard, que faut-il en retenir ? Il semble que l’héritage de Dolly ne se retrouve pas dans le clonage d’animaux d’élevage mais plutôt dans le clonage thérapeutique.