Une parcelle de colza à Piffonds où un agriculteur de l'Yonne teste les plantes compagnes. 15 avril 2021. ©Radio France - Thierry Boulant
Une parcelle de colza à Piffonds où un agriculteur de l'Yonne teste les plantes compagnes. 15 avril 2021. ©Radio France - Thierry Boulant
Une parcelle de colza à Piffonds où un agriculteur de l'Yonne teste les plantes compagnes. 15 avril 2021. ©Radio France - Thierry Boulant
Publicité
Résumé

Après deux ans de négociations, les eurodéputés sont appelés à voter aujourd'hui la réforme de la politique agricole commune.

avec :

Claude Bougère (responsable du pôle bénévolat national des Restos du cœur).

En savoir plus

Imaginez 27 joueurs pour un pactole total estimé à quelques 387 milliards d'euros. Et vous aurez vite fait de comprendre pourquoi les négociations sur les conditions d’attribution des aides de la nouvelle Politique Agricole Commune auront été aussi longues et difficiles. Tout le monde entendait, évidemment, récupérer sa part du gâteau. Restait à savoir comment éviter de signer autant de possibles chèques en blanc ? 

Finalement et après des mois de pourparlers, le Parlement européen doit donner aujourd'hui son feu vert définitif. Plus exactement, les eurodéputés doivent se prononcer sur les trois textes régissant cette nouvelle politique européenne, qui conditionnera en partie le versement de fonds au respect de critères environnementaux. Bref, une nouvelle PAC présentée par Bruxelles comme "plus verte" que les précédentes. 

Publicité

Et puis autre nouveauté de cette réforme : chaque pays pourra décider de critères spécifiques de mise en œuvre, plus adaptés à ses particularités nationales, voire régionales.

4 min
4 min

Les autres titres de l'actualité

Une hausse nette de 500 euros en dix-huit mois.  Après les revalorisations du Ségur de la Santé, les sages-femmes vont bénéficier de nouvelles améliorations de leurs conditions salariales. Un protocole d'accord a été signé avec une majorité de syndicats hospitaliers.   

Après les nouvelles violences en Guadeloupe, le gouvernement a fait des propositions visant à répondre à la crise sociale liée à l'obligation vaccinale.  

Alarmés par l'aggravation de la précarité des plus démunis provoquée par la crise sanitaire, les Restos du Cœur lancent, ce mardi, leur 37e campagne annuelle.   

L'invitée de la rédaction : Claude Bougère, administratrice de l'association et responsable du Pôle bénévolat.

Claude Bougère : "La crise a agi comme un accélérateur de pauvreté et les plus précaires vont rester les exclus du partage."

6 min

Nous sommes aujourd’hui inquiets de voir que cette précarité touche de plus en plus de public et notamment les jeunes. Nos activités de rue ont augmenté de 25% au niveau de la fréquentation, durant les deux dernières années. Donc il va être urgent de lutter contre cette reproduction de la pauvreté.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

4 min

Après deux années où son organisation aura été, en partie, perturbée pour cause de Covid, l'examen du baccalauréat va encore connaître des changements.

Les espoirs d’un cessez-le-feu s’éloignent en Ethiopie. Et ce malgré les nombreux efforts diplomatiques.