France Culture
France Culture
Publicité
Résumé

Un sergent russe de 21 ans, accusé d'avoir tué un sexagénaire dans un village du nord-est du pays comparaît à partir d’aujourd’hui devant la justice ukrainienne.

avec :

Janette Habel (maître de conférences à l'Institut des hautes études d'Amérique latine, spécialiste de Cuba.).

En savoir plus

Si la chute de la ville Marioupol désormais entièrement aux mains de l'envahisseur russe restera bien évidemment comme un symbole fort de la guerre à l'œuvre aujourd'hui en Ukraine, parce qu'elle était l'ultime verrou au Sud du Donbass (ce qui constitue en soi une victoire stratégique et personnelle au goût de revanche pour Vladimir Poutine), mais aussi parce qu'elle était devenue la ville martyre de l’Ukraine (le symbole même de cette stratégie de siège barbare déployée par la Moscou), le procès qui s'ouvre à Kiev aujourd'hui restera certainement, lui aussi, comme une étape majeure de ce conflit. La justice ukrainienne est en effet sur le point d'entamer son tout premier procès pour crime de guerre depuis l'entrée sur son territoire des troupes du Kremlin.

L'homme qui doit comparaître cet après-midi est un soldat russe, âgé de 21 ans. Accusé d'avoir abattu un civil, un sexagénaire non armé dans le nord-est de l'Ukraine le 28 février dernier, soit quatre jours seulement après le début du déclenchement de la guerre, il est aujourd'hui inculpé de crime de guerre et meurtre avec préméditation.

Publicité

Les autres titres de l'actualité

A Bruxelles, la Commission européenne doit dévoiler aujourd'hui son plan de bataille pour que le Vieux continent mette fin, une bonne fois pour toute, à sa dépendance aux hydrocarbures russes.

L'Organisation météorologique mondiale publie ce matin un rapport catastrophique, véritable "litanie lamentable de l'échec de l'humanité à lutter contre le dérèglement climatique" selon les propres mots du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La fête de la nature, 17e du nom, s'ouvre aujourd'hui en France et se clôturera dimanche prochain consacré journée mondiale de la biodiversité.

A l'occasion de la campagne des législatives, la rédaction vous proposera chaque mercredi jusqu'au premier tour un éclairage sur une circonscription. Aujourd'hui : la 8e de Haute-Garonne

Quand la gauche dénonce un tripatouillage qu'elle attribue à l'exécutif : qu'est-ce qui justifie aux yeux du ministère de l'Intérieur de comptabiliser séparément les suffrages rassemblés par des candidatures issues de la "Nouvelle union populaire écologique et sociale", quant à l'inverse une nuance "Ensemble!" a bien été est créée en lieu et place des trois partis de la majorité présidentielle qui la composent ?

Il y a quelques jours encore à peine, les Cubains ne voyaient probablement aucune différence majeure entre d'un côté la politique du républicain Donald Trump, lequel avait non seulement mis fin à la normalisation diplomatique lancée par Obama mais aussi considérablement renforcé l'embargo en vigueur depuis déjà plus d'un demi-siècle, et de l'autre celle de l'actuel locataire de la Maison-Blanche, le démocrate Joe Biden. Et puis, en voyant les mesures rapportées lundi soir au journal télévisé d'Etat nombre d'entre eux ont du souffler un peu et même se sentir soulagé au moment même où leur pays affronte la pire crise économique de ces 30 dernières années. L'administration américaine a décidé, en effet, de lever toute une série de restrictions, en particulier, sur les procédures d'immigration, mais aussi les transferts d'argent ou bien encore les liaisons aériennes.
Pourquoi une telle décision ? S’inscrit-elle dans un contexte particulier ? Faut-il parler de véritable rapprochement entre Washington et La Havane ou de simple réchauffement des relations ? Pour répondre à toutes ces questions, invitée de la rédaction aujourd'hui : Janette Habel, chercheuse à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine.

Janette Habel : "La situation à Cuba reste très difficile. Cela dit, le gouvernement a compris quand même qu'il fallait aménager une série de difficultés concernant notamment la circulation monétaire"

6 min

Références

L'équipe

Eleonora Farade
Collaboration
Nicolas Pommé
Collaboration
Thomas Cluzel
Journaliste