Le président américain Joe Biden se rendra en Arabie Saoudite à la fin du mois, bien décidé à rebâtir les relations avec le royaume pétrolier. ©AFP - SAUL LOEB
Le président américain Joe Biden se rendra en Arabie Saoudite à la fin du mois, bien décidé à rebâtir les relations avec le royaume pétrolier. ©AFP - SAUL LOEB
Le président américain Joe Biden se rendra en Arabie Saoudite à la fin du mois, bien décidé à rebâtir les relations avec le royaume pétrolier. ©AFP - SAUL LOEB
Publicité
Résumé

Même si les détails logistiques et le calendrier doivent encore être confirmés, c'est désormais officiel. Le président américain se rendra en Arabie saoudite à la fin du mois, bien décidé à rebâtir les relations avec le royaume pétrolier. Quitte à renoncer à sa promesse de traiter Riyad en "paria".

avec :

Pierre Servent (Expert en stratégie militaire et spécialiste des questions de défense).

En savoir plus

C'est un revirement aussi majeur que stupéfiant auxquels seuls les replis sinueux de la realpolitik sont susceptibles de conduire : non seulement Joe Biden se rendra fin juin en Arabie saoudite, mais il y rencontrera le prince héritier Mohammed ben Salmane. C'est vrai que les spéculations sur un tel déplacement allaient déjà bon train, en particulier après plusieurs missions "discrètes" à Riyad du conseiller américain pour le Moyen-Orient. Sauf que pour beaucoup une telle annonce restait encore assez largement improbable. Et pour cause, puisqu'avant son élection Joe Biden, lui-même, avait jugé que l'Arabie saoudite devait être traitée  comme un Etat "paria", en raison de l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Et une fois au pouvoir, le démocrate avait également publié le rapport du renseignement américain accusant "MBS" d'avoir "validé" ce meurtre.

11 min

Dès-lors, qu'est ce qui a bien pu convaincre le démocrate de renoncer ainsi à ses engagements, au point d'envisager même ce que certains qualifient déjà de poignée de main sanglante ? Il semble, que Washington ait aujourd'hui d'autres priorités stratégiques et en particulier celle de faire baisser les prix de l'essence.

Publicité

Les autres titres du journal

Au 100e jour de la guerre en Ukraine, les pertes et les destructions s’accumulent. Plus le conflit s’éternise et plus les combats concentrés dans la région du Donbass se durcissent. Les forces de l'envahisseur contrôleraient à présent 20% du territoire ukrainien, pilonné indistinctement et impitoyablement depuis 3 mois. A Sievierodonetsk et Lyssytchansk, les deux villes les plus orientales du Donbass, là-bas les combattants ukrainiens luttent encore rue par rue. Et ce même si le rouleau compresseur russe a d’ores et déjà transformé la cité en champ de ruines, l’armée du Kremlin s’avérant a priori incapable, partout où elle passe, de conquérir une ville sans préalablement la raser. La menace plane aussi directement sur le front nord de la région où depuis la chute de la bourgade de Lyman, deux autres villes stratégiques (Sloviansk et Kramatorsk) visées sporadiquement par des tirs de missiles depuis trois mois craignent désormais de se retrouver sous le feu de l’artillerie. Et puis dans le sud du pays cette fois-ci, le long des mers Noire et d'Azov, non seulement les russes contrôlent désormais un corridor côtier stratégique mais les Ukrainiens s'inquiètent par ailleurs de voir les régions conquises possiblement annexées, Moscou évoquant déjà l'organisation de référendums dès le mois prochain.

Hier, le secrétaire général de l'Otan a prévenu que les pays occidentaux devaient se préparer "à une guerre d'usure" sur le "long terme". La guerre va durer encore "de nombreux mois", a renchérit pour sa part le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken. Et de fait sur le terrain on ne voit pas pour l'heure d'issue rapide possible à cette guerre d'usure.

L'invité de la rédaction aujourd'hui : Pierre Servent, expert en stratégie militaire, spécialiste des questions de défense. (auteur de "Les sept vies d'Adrien Conus" aux éditions Perrin, la biographie du compagnon de la libération et agent secret de la France Libre).

L' invité de la rédaction aujourd'hui : Pierre Servent, expert en stratégie militaire, spécialiste des questions de défense.

5 min

C'était il y a trois ans jour pour jour, un sit-in pacifique devant le quartier général de l’armée soudanaise à Khartoum était violemment dispersé par des soldats et des miliciens. Cette attaque coordonnée avait fait plus de 130 morts, de nombreux viols et des centaines de disparus. Aujourd’hui et 3 ans après, non seulement l’enquête officielle sur ces évènements n’a aboutie sur aucun résultat mais les familles des victimes disent même ne plus rien attendre de la justice de leur pays, après que les généraux qui ont succédés au dictateur Omar al-Bachir se sont accaparés le pouvoir par un coup d’état mettant fin à la transition démocratique. Reste que pour ne pas oublier ce massacre, des manifestations sont prévues aujourd'hui dans le tout le pays.

Depuis l'annonce à la mi-mai de la décision de la direction d'ORPEA de ne pas verser de prime d'intéressement à ses salariés, la colère gronde au sein d'un groupe, dont les méthodes mis au jour par le livre-enquête " les fossoyeurs " s'apparentent à une maltraitance institutionnelle ou encore à des infractions financières.
Et c'est ainsi que depuis ce matin une trentaine d'Ehpad se sont déjà déclaré en grève, à l'appel de la CGT. En l'occurrence, le syndicat ne croit pas un seul instant aux engagements de la direction qui s'apprête à verser une "prime exceptionnelle de pouvoir d'achat", la fameuse prime dite "Macron" de 1.000 euros par salarié.

C'était l'une de ses promesses de campagne : Emmanuel Macron a annoncé hier le retour des mathématiques comme option non obligatoire en classe de Première, dès la rentrée prochaine. Précisons que depuis la réforme du lycée en 2019, les maths ne faisaient plus partie du tronc commun (matières enseignées à tous les lycéens), là où auparavant même les élèves en filière littéraire bénéficiaient d'un enseignement mathématique. Finalement, en mars dernier un rapport d'experts était venu préconiser leur réintroduction dans le tronc commun. Et c'est encore une troisième voie qu'a choisi le gouvernement avec un enseignement optionnel, à raison d'une heure trente à deux heures en plus par semaine.

Après trois ans et demi de mandat, le secrétaire général de Force ouvrière Yves Veyrier passe la main à l'issue du XXVe Congrès du syndicat. C'est Frédéric Souillot, jusqu’ici inconnu du grand public, qui prend sa suite aujourd'hui. Il était le favori de l'élection. Et il s'est même retrouvé finalement seul candidat après le retrait de Christian Grolier. Alors qui est-il ? Frédéric Souillot est issue, de la ligne réformiste du syndicat.