Des artistes palestiniens peignent une fresque en l'honneur de Shireen Abu Akleh, dans la ville de Gaza, le 12 mai 2022.
Des artistes palestiniens peignent une fresque en l'honneur de Shireen Abu Akleh, dans la ville de Gaza, le 12 mai 2022.
Des artistes palestiniens peignent une fresque en l'honneur de Shireen Abu Akleh, dans la ville de Gaza, le 12 mai 2022. ©AFP - MOHAMMED ABED
Des artistes palestiniens peignent une fresque en l'honneur de Shireen Abu Akleh, dans la ville de Gaza, le 12 mai 2022. ©AFP - MOHAMMED ABED
Des artistes palestiniens peignent une fresque en l'honneur de Shireen Abu Akleh, dans la ville de Gaza, le 12 mai 2022. ©AFP - MOHAMMED ABED
Publicité
Résumé

Les funérailles de la journaliste Shireen Abu Akleh, tuée d'une balle dans la tête deux jours plus tôt, ont lieu aujourd'hui à Jérusalem.

avec :

Thierry Coville (chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran).

En savoir plus

De violents heurts accompagnés d'échanges de tirs. Ce matin, deux Palestiniens ont été blessés en Cisjordanie occupée : l'un au Sud, près d'une colonie à proximité de Ramallah ; et l'autre au Nord dans un camp de réfugiés de Jénine, c'est-à-dire non seulement à l'endroit même où l'armée multiplie depuis plusieurs semaines déjà les raids contre l'un des bastions des factions armées palestiniennes, mais aussi là précisément où mercredi dernier, la journaliste de la chaîne panarabe Al Jazeera, Shireen Abu Akleh venue couvrir l'une de ces opérations a été tuée d'une balle dans la tête. La tension est donc encore montée d'un cran, ce matin, alors même que des milliers de Palestiniens s'apprêtent à dire adieu, aujourd'hui, à celle qui portait leur voix depuis deux décennies. Les funérailles de Shireen Abu Akleh sont sur le point de débuter dans une église de Jérusalem.

Après l'hommage populaire rendu hier à Ramallah devant plusieurs milliers de Palestiniens, mais aussi un parterre de représentants officiels et de diplomates étrangers, la foule s'annonce tout aussi spectaculaire pour ces obsèques religieux, cette fois-ci. Des funérailles sous pression et notamment parce que les autorités israéliennes craignent qu'elles ne se transforment en véritable tribune politique.

Publicité

À lire aussi : Wael Al-Dahdouh, chef du bureau d'Al Jazeera à Gaza : "Le seul lieu où j'aimerais aller, c'est Jérusalem"

Les autres titres de l'actualité

En Ukraine, des gendarmes français dépêchés sur place ont passé un mois entier penchés sur les corps des victimes de l’armée du Kremlin, en particulier dans la région de Kiev. Ils ont accepté de faire le bilan de leur mission au micro de nos envoyés spéciaux.

Le Kremlin a choisi cette semaine d'imposer à son tour des sanctions contre plus de 30 sociétés occidentales, dont la plupart appartiennent à la filiale allemande du géant gazier Gazprom. Des contre-sanctions qui se traduisent depuis mercredi par une très forte baisse du transit de gaz russe par les gazoducs traversant l'Ukraine. En deux jours, les flux ont baissé de quelque 40% en Allemagne.

Après avoir appris hier que le Covid était bien arrivé jusqu'en Corée du Nord, on en sait un peu plus, ce matin, sur l’état de la propagation du virus. 187.800 personnes seraient en quarantaine du fait d’une fièvre et 6 personnes sont mortes, dont l’une d’entre elles aurait été testée positive au coronavirus.  Or sans vaccin et avec un système de santé extrêmement fragile, le pays ne sera probablement pas en mesure, le cas échéant, de faire face à une vague de grande ampleur.

Le Quai d'Orsay continue de réclamer la libération immédiate des deux Français arrêtés sans fondement en Iran. L'invité de la rédaction : Thierry Coville, chercheur à l’IRIS et spécialiste de l’Iran contemporain.

Thierry Coville : "On a un contexte social explosif en Iran et les instituteurs protestent depuis des mois."

4 min

Le premier mandat d'Emmanuel Macron entamé sur la promesse de tourner une page politique du pays se termine officiellement ce soir à minuit. Quel bilan concret peut-on tirer de ce quinquennat ? Un certain nombre de mesures promises ont été mise en oeuvre. En revanche, d'autres  sont toujours en chantier ou bien ont tout simplement été abandonnées.

Après le scandale, les conséquences financières. Le groupe d'Ehpad privés Orpea, dans la tourmente a signé un accord avec ses banques pour assurer son financement dans un contexte incertain, notamment, après un plongeon de près de 60% de son bénéfice net annuel.

Références

L'équipe

Eleonora Farade
Collaboration
Nicolas Pommé
Collaboration
Thomas Cluzel
Journaliste