Bureau de vote dans le 11e arrondissement de Paris. ©AFP - Sophie Libermann / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Bureau de vote dans le 11e arrondissement de Paris. ©AFP - Sophie Libermann / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Bureau de vote dans le 11e arrondissement de Paris. ©AFP - Sophie Libermann / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Publicité
Résumé

Les Français seront de nouveau appelés aux urnes dimanche pour un second tour des élections législatives dont Emmanuel Macron attend toujours une majorité "solide", mais qui reste encore assez largement suspendue à l'ampleur de la mobilisation en faveur de ses adversaires, "Nupes" en tête.

avec :

Pierre Haroche (Chercheur en sécurité européenne à l’IRSEM (Institut de recherche stratégique de l’école militaire)).

En savoir plus

Faut-il y voir un effet de cette vague de chaleur écrasante qui submerge actuellement la France, toujours est-il que les esprits n'ont pas fini de s'échauffer à deux jours du second tour des législatives. Les candidats ont jusqu'à ce soir minuit pour achever une campagne envenimée, où la surenchère aura souvent été de mise, en particulier, autour de l'interprétation des valeurs de la République. Et tous comptent bien en profiter jusqu'à la dernière minute. Quand la Première ministre Elisabeth Borne et la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen continuent chacune d'arpenter leur circonscription, Jean-Luc Mélenchon avec Julien Bayou tenaient une nouvelle conférence de presse ce matin à Paris. Quant au président Emmanuel Macron, à peine rentré d'Ukraine il reviendra dans l'arène cet après-midi en se rendant au salon VivaTech consacré au numérique.

Il faut dire qu'à la veille de ce week-end d'élection le résultat demeure plus que jamais incertain. Tout devrait dépendre de la participation d'une part et du report de voix d'autre part. Raison pour laquelle un petit vent de pessimisme semble parcourir la Macronie.

Publicité

Autre question de ce second tour : combien de députés le Rassemblement national va-t-il obtenir ? On sait que le scrutin uninominal majoritaire à deux tours n'est généralement guère favorable pour le parti d'extrême droite. Mais, pour la première fois, il pourrait obtenir un groupe à l'Assemblée nationale sans proportionnelle.

Enfin, même si le Rassemblement national espère marquer des points dimanche c'est bien autour de la majorité présidentielle et de la nouvelle union populaire écologique et sociale que devraient se jouer les résultats après-demain. Au point que certains tentent même de résumer aujourd'hui les enjeux de ces élections à un nouveau match Macron/Mélenchon.

.
.
© Visactu

Les autres titres de l'actualité

Dans une lettre adressée aux personnels où il regrette de ne pas pouvoir mettre en œuvre un modèle hospitalier différent, Martin Hirsch, directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris annonce ce matin qu'il quittera ses fonctions à la fin du mois.

La Commission européenne recommande d'accorder à l'Ukraine le statut de candidat à l'Union européenne. C'est ce qu'a déclaré ce matin la présidente Ursula Von der Leyen. Hier, déjà, en guise de première réponse à ses aspirations européennes, Kiev avait reçu le feu vert de la France, l'Allemagne et l'Italie. Autant de signaux positifs mais qui n’augurent encore rien de la suite.

L'invité de la rédaction : Pierre Haroche, chercheur en Sécurité européenne à l’Institut de Recherche Stratégique de l’École Militaire, spécialisé dans l’étude de l’intégration européenne.

Pierre Haroche : "La prise de position d'hier est très importante. On attendait beaucoup la position des gros Etats membres, la France, l'Allemagne en particulier; l'Italie."

5 min

Accord sans précédent, victoire pour le multilatéralisme. Les superlatifs sont de sortie à l’OMC après la série d’accords sur le commerce international obtenus à l’arrachée cette nuit. Les 164 membres de l'Organisation Mondiale du Commerce ont fini par s'entendre sur les dossiers de la pêche, de l’insécurité alimentaire et la levée des brevets anti-Covid.

"Un jour sombre pour la liberté de la presse". C'est par ces mots que WikiLeaks a réagi ce matin à la décision du gouvernement britannique de signer le décret d'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis, où il est accusé d'espionnage pour avoir diffusé des documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines. Le fondateur de WikiLeaks, âgé de 50 ans, risque 175 ans de prison. Il dispose à présent de 14 jours pour faire appel.